Il vient de recevoir le label Haute qualité environnementale (HQE) et s’étendra sur 7,5 hectares. Le Parc Molière prendra donc de la place. Pour cette raison, le centre social de la Vigne blanche entrera prochainement dans une phase de démolition. Cette structure d’accueil et d’animation globale de quartier, qui est installée depuis 50 ans au cœur de la Vigne blanche, sera donc amenée à disparaître. Le pôle Molière, lui faisant face, pourrait répondre aux besoins sociaux et éducatifs qu’il fournissait jusqu’ici à la population du quartier.

Le futur Parc Molière aura vocation à relier le parc du Sautour à la médiathèque, en suivant un chemin urbain et vert le long du ru d’Orgeval, ruisseau qui devrait réapparaître sur ce tracé. La municipalité souhaiterait renouer avec l’aspect historique de la ville : un petit village entouré de nature. « Depuis 2001, plusieurs démarches ont été faites pour le développement durable. Nous avons travaillé la question de la récupération des eaux de pluie notamment. On parle de l’invisible, mais il faut voir tous les réseaux qu’il y a en dessous », indique la mairie des Mureaux, récompensée en décembre 2014 du label Ecoquartier.

La ministre du logement et de l’égalité du Territoire, Sylvia Pinel, avait accordé ce titre au Plan de rénovation urbaine conçu par la ville, comme à 18 autres projets français favorisant des usages plus vertueux. Le parc Molière verra le jour par phases successives. Une concertation commencera le mois prochain avec les habitants du quartier, concernant les parcelles de jardins qui leur seront destinées afin d’accueillir des potagers.

Les deux écoles maternelles, Jean Macé et Jean Jaurès, feront également l’objet de démolitions partielles. « Les élèves du groupe scolaire Jean Macé sont d’ores et déjà au pôle Molière. Cette école est inoccupée actuellement », déclare la mairie qui ne connait pas encore précisément ce qu’il adviendra à Jean Jaurès. Des travaux se poursuivent aussi sur d’autres parties du quartier de la Vigne blanche, où des bâtiments d’anciens logements sociaux sont en pleine phase de démolition. L’objectif est ici de renouveler le tissu urbain et social du quartier, notamment par l’instauration d’un parc privé.

Jean Zay : Les parents méfiants

Ils demandent une école en centre-ville depuis plusieurs semaines.
Ils demandent une école en centre-ville depuis plusieurs semaines.

La ville semblerait avoir jeté son dévolu sur le pré Paul Bert afin d’accueillir les enfants de l’école maternelle Jean Zay, incendiée en décembre dernier. Plusieurs « petites procédures » doivent encore se mettre en place, annonce la mairie, mais un marché pour la construction d’une école maternelle en centre-ville a bien été lancé.

Le comité consultatif, réunissant des élus et des parents concernés, s’est réuni le 9 mars. « Ce qui est ressorti de cette entrevue est que le pré Paul-Bert sera disponible pour les vacances de la Toussaint. Puis, on nous a annoncé que ça serait plutôt une rentrée en début 2016. On se demande quelle est la cohérence de ce comité consultatif, nous sommes devant le fait accompli », s’étonne une représentante des parents d’élèves de l’école Jean Zay.

Jeudi prochain, le conseil municipal votera le budget 2015, dans lequel n’est pas inscrite la construction. Les parents d’élèves feront passer leurs questions par l’intermédiaire d’un élu d’opposition, Jean Delarue (Parti ouvrier indépendant).