Le dispositif de vidéoprotection, voté il y a quelques semaines par la municipalité pisciacaise, va s’étendre à l’un des édifices religieux les plus importants de la ville. Son maire, Karl Olive (UMP) a annoncé jeudi dernier « un renforcement des mesures de sécurité autour de la collégiale Notre-Dame », après « la destruction d’une statue de Saint-Louis. » La statue en question avait été à l’honneur, l’an dernier, à l’occasion du 800ème anniversaire de l’ancien roi de France. Objet historique de la ville depuis une vingtaine d’années, la statue polychrome avait été retrouvée en morceaux sur le sol de la collégiale lundi 27 avril.

L’adjointe au maire déléguée au patrimoine, Florence Xolin, a exprimé le souhait de la ville de Poissy de participer financièrement à la reconstruction de la statue, en partenariat avec le comte de Paris (encadré). La Gazette vous informait la semaine dernière de la vigilance de l’édile envers les actes islamophobes.

Le maire de Poissy a précisé cette fois, suite à la destruction de la relique, que « des rondes de la police municipale ont été mises en place autour des édifices religieux afin de rassurer les fidèles et de préserver le patrimoine de la ville. » Karl Olive (UMP), ne souhaite malgré tout pas céder à la psychose. Cet incident relève selon lui « d’un acte isolé dans une ville où les relations entre les communautés religieuses sont excellentes. »

Le comte de Paris financera la restauration de la statue

Henri d’Orléans, le comte de Paris, devrait aider à la reconstruction de la statue de Saint-Louis démolie la semaine dernière. « Nous avons pu échanger au téléphone de cet acte difficilement explicable. Le comte qui est attaché à la ville et à l’histoire de Saint-Louis souhaite participer financièrement à la reconstruction de la statue. Nous accueillons avec plaisir ce geste en faveur du patrimoine local », a présenté le maire de Poissy, Karl Olive.