Déjà, un incendie s’était déclaré dimanche 6 décembre, au même endroit (voir l’édition du 9 décembre). En effet, les sapeurs-pompiers étaient intervenus vers 21 heures, suite à une voiture en feu au niveau du parking souterrain. Sur place, les professionnels avaient pu constater la présence de trois départs distincts. Outre la voiture incendiée, ils avaient pu remarquer un foyer sur des palettes de bois. Celles-ci étaient disposées sous une arrivée EDF, complètement ravagée par les flammes. Egalement, un autre départ avait été localisé à proximité d’une armoire électrique, qui n’avait pas eu le temps d’être dégradée.

Les dégâts concernant les câblages électriques avaient obligé les magasins à fermer leurs portes le lendemain. Les commerçants avaient été contraints de nettoyer leur local et de jeter leurs produits, trop dégradés par la fumée et le dépôt de suie. Du côté des relevés de traces, rien ne laissait présager un début de piste. Aucune caméra de surveillance ne pouvait permettre aux forces de l’ordre d’exploiter de quelconques images. L’enquête en cours s’orientait donc vers le témoignage de personnes.

Le centre commercial La Source a subi deux incendies en une semaine, avec plusieurs foyers. Tous se sont manifestés à l’intérieur du parking situé au sous-sol.
Le centre commercial La Source a subi deux incendies en une semaine, avec plusieurs foyers. Tous se sont manifestés à l’intérieur du parking situé au sous-sol.

Une semaine après, le centre commercial fait face à des actes similaires. Dimanche, un incendie s’est déclaré en début d’après-midi, provoquant l’intervention des sapeurs-pompiers. Sur place, ils ont découvert deux foyers : des palettes de bois disposées à deux endroits différents. Un procédé qui ne laisse que d’infimes doutes sur l’origine criminelle de l’affaire. Si la semaine dernière, la municipalité de Limay ne s’était déplacée sur les lieux, c’est chose faite pour ce deuxième sinistre. En effet, plusieurs élus sont partis à la rencontre des commerçants : Julien Rouzière, élu d’astreinte le jour de l’incendie, Boniface Mpunga, adjoint en charge du cadre de vie et de la tranquillité publique, et Daniel Jumel, conseiller municipal en charge du commerce et de l’artisanat.

« Tout le monde est en colère, a annoncé Eric Roulot (PCF), maire de la ville. On est disponible pour les accompagner et les aider. On va mettre à disposition des bennes pour qu’ils puissent vider les détritus ». Cependant, la municipalité a souhaité clarifier certains points à travers un communiqué. Sur celui-ci, il est pointé du doigt le « manque d’engagement financier des propriétaires ». La Source est un centre commercial privé, géré par un syndic de copropriétés et ce, depuis cinq ans. « On s’est mobilisé pour qu’il soit dans la zone bénéficiaire des crédits Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine.ndlr), on a gagné, explique Eric Roulot. C’est de l’argent public qui va être ingéré dans un centre privé or, les propriétaires ont toujours rejeté cette proposition de rénovation ».

Aujourd’hui, la municipalité explique à travers le communiqué que « ces derniers n’ont pas investi le moindre centime dans la maintenance des lieux et encore moins dans un projet de rénovation des commerces ». Elle regrette ainsi les « accusations infondées et éhontées » qui ont été portées à son encontre. « Il y a une responsabilité qui n’est pas de la ville, souligne Eric Roulot à propos des caméras de surveillance. On a mis en place un plan de déploiement sur la ville et les bâtiments publics, des personnes privées ont investi à certains endroits de Limay ». Quant à l’enquête, celle-ci suit son cours pour essayer de mettre la main sur un ou plusieurs auteurs.