Il n’avait pas repris sa carte au PS cette année. La récente adhésion de Papa Waly Danfakha au Parti radical de gauche (PRG) a provoqué la colère de la section socialiste des Mureaux, à en juger par son communiqué envoyé à la presse (voir encadré). L’actuel secrétaire estime par ailleurs que son prédécesseur aurait pour objectif de souffler la direction du PRG yvelinois à son actuel dirigeant.

Sur la photo prise il y a une dizaine de jours (ci-dessous), Eddie Aït est pourtant tout sourire. L’ex-maire de Carrières-sous-Poissy et président du PRG des Yvelines vient alors tout juste de faire adhérer Papa Waly Danfakha. Ce dernier, figure politique de la gauche des Mureaux, est deuxième adjoint au sein de la municipalité DVG, et était secrétaire de section au PS jusqu’à l’an dernier.

Candidat à sa propre succession, il avait perdu l’élection interne face à Mbarek Akafou. Ce dernier s’étonne des raisons données par son prédécesseur pour son adhésion au PRG : la défense des valeurs républicaines et de la laïcité. « Que je sache, nous partageons ces mêmes valeurs au PS, estime-t-il. Cet argumentaire des valeurs, surtout du jour au lendemain, manque de fond politique. »

« Je n’ai vraiment pas de temps à perdre à répondre à ce genre de provocations », répond Eddie Aït, actuel président du PRG yvelinois, ici tout sourire lors de l’adhésion du Muriautin.
« Je n’ai vraiment pas de temps à perdre à répondre à ce genre de provocations », répond Eddie Aït, actuel président du PRG yvelinois, ici tout sourire lors de l’adhésion du Muriautin.

Selon lui, le départ du socialiste pour les radicaux répond d’abord à « ses ambitions personnelles ». S’il aurait été « délicat pour lui » d’acquérir la stature politique voulue au sein du PS yvelinois, qui compte quelques centaines d’adhérents, la chose serait plus facile dans un PRG départemental réduit à quelques dizaines.

« Je ne vois pas comment il peut exister au sein du PRG sans avoir l’ambition de prendre sa direction au niveau départemental […] il a une petite base militante qu’il pourrait agréger, après, c’est un simple calcul arithmétique, analyse Mbarek Akafou. M. Aït a plus à s’inquiéter de l’arrivée de M. Danfakha qu’à s’en réjouir. »

Contacté par La Gazette, l’adjoint des Mureaux ne souhaite pas commenter ces propos. « Je n’ai vraiment pas de temps à perdre à répondre à ce genre de provocations, déplore de son côté Eddie Aït. La gauche, dans les Yvelines, doit se renforcer, nous avons tous besoin les uns des autres. Ce sont des histoires de règlements de comptes locaux qui ne me concernent pas, ne concernent pas la gauche et les électeurs de gauche. »

Crédit photo : PRG 78

Papa Waly Danfakha doit-il de l’argent au PS ?

D’après le communiqué de presse envoyé par la section PS des Mureaux, le deuxième adjoint des Mureaux, Papa Waly Danfakha, aujourd’hui au PRG, devrait « quelques milliers d’euros » à son ancien parti. Il aurait en effet « omis de déclarer une partie de ses indemnités d’élu ».

Il a bien toujours payé les 15 % dus au PS pour son indemnité d’adjoint municipal. Mais ce ne serait pas le cas de celle qu’il a touchée en 2014 et 2015 comme vice-président de l’intercommunalité Seine & Vexin (aujourd’hui disparue, Ndlr). Joint par La Gazette, Papa Waly Danfakha ne veut pas réagir à ces allégations.

« Je laisse les instances départementales prendre la décision » concernant les suites à donner s’il ne réglait pas sa dette auprès du PS, indique son successeur à la tête de la section socialiste, Mbarek Akafou. Mais « généralement, dans ces cas-là, les poursuites sont difficiles », précise-t-il.