La semaine dernière a été agitée du côté de la fête foraine de Limay. D’abord mercredi soir où une vingtaine de jeunes étaient bien déterminés à en venir aux mains, plus exactement aux coups de poings américains. Douze personnes ont été arrêtées pour être placées en garde à vue au commissariat de Mantes-la-Jolie. Les forces de l’ordre auraient également récupéré sur place plusieurs objets pouvant potentiellement être utilisés en tant qu’arme.

Selon nos confrères du journal Le Parisien, il semblerait que le fond de cette histoire soit des animosités entre deux bandes rivales : de jeunes habitants de Limay et d’autres provenant du quartier du Val Fourré.

Si aucun blessé n’a été déploré, plusieurs dégradations ont été remarquées sur des véhicules stationnés. Ainsi, quatre personnes ont été déférées devant le parquet de Versailles pour ces faits précis, indique le quotidien. Également, l’ensemble des suspects seraient ressortis de leur garde à vue avec des convocations pour le tribunal.

À peine 24 heures après, de nouvelles tensions ont éclaté aux abords de la rue des coutures. Plusieurs appels passés à police secours ont fait part d’une trentaine de personnes souhaitant en découdre. Les forces de l’ordre se sont donc déplacées en nombre vendredi, un peu après 1 h 30 du matin. En arrivant sur place, une équipe de la brigade anti-criminalité a souhaité contrôler un véhicule dans lequel se trouvaient six personnes. Le conducteur en a décidé autrement.

Il a entamé une course-poursuite avec les autorités, les menant ainsi dans le quartier du Val Fourré. Sur leur passage, les policiers ont percuté des poubelles mises en travers de leur route. Ils ont également fait face à des projectiles dont un vélo jeté sous leurs roues. L’aventure automobile a finalement pris fin lorsque le véhicule en fuite est venu percuter une voiture stationnée.

Six Yvelinois ont été arrêtés par les fonctionnaires pour être conduits en garde à vue. Agés entre 16 ans et 19 ans, les jeunes habitent tous Mantes-la-Jolie ou Rosny-sur-Seine. Selon le journal Le Parisien, il semblerait que ces derniers affrontements aient constitué une réponse à ceux de mercredi.