Lors de la réunion publique « à la rencontre de vos élus » du 1er juin, les problèmes liés à la circulation ont été de nombreuses fois évoqués par les habitants. « La circulation sur l’avenue des Tilleuls, alors qu’il y a deux écoles, est devenue un enfer car elle est très empruntée et les automobilistes roulent vite », a fait remarquer une Magnanvilloise. Suivie d’une autre habitante signalant un problème de vitesse sur la rue de l’Ouest.

« Au niveau de la circulation, on sait qu’il y a de plus en plus de risque à Magnanville », indique Michel Lebouc (PCF), maire de la commune. Pour y remédier, l’édile a expliqué travailler avec son équipe sur plus de sécurisation et une réduction du nombre de véhicules sur la commune, « notamment avec l’utilisation de transports propres » et en « captant les gens en haut de la commune sur des parking relais ».

Autre sujet sur lequel planche actuellement la municipalité : la sécurité et les incivilités. « On a quatre tentatives de cambriolage par mois à Magnanville », explique le maire. Même s’il tient a rappeler qu’il s’agit d’une « moyenne basse en France » et d’ajouter « on n’est quand même pas en insécurité ».

Voisins vigilants figure parmi les solutions envisagées. « A notre échelle, ça pourrait faire un ou deux cambriolages en moins par an, c’est pas non plus la panacée », reconnaît Didier Chauvin, adjoint au Cadre de vie. Pour lutter contre les incivilités, l’adjoint explique que la municipalité « réfléchit aussi à faire passer un service de sécurité la nuit, qui délogerait les personnes qui peuvent faire du bruit sur des points connus ».

Le maire a aussi rappelé qu’un agent de surveillance de la voie publique (ASVP) avait été embauché il y a un an. « C’est un plus pour régler les problèmes d’incivilité, estime Michel Lebouc. Depuis le début de l’année, cet agent a déjà mis 27 contraventions de 135 euros ».

Priorité aux logements pour les jeunes et aux commerces de proximité

A l’occasion de cette réunion publique, l’équipe municipale est revenue sur la situation financière de la commune. « Jusqu’à présent, nous avons réussi à tenir nos engagements en n’augmentant les taux que de 1 %, explique Sandrine Martins, adjointe aux finances. Avec la baisse des dotations de l’État, nous devons nous recentrer sur les dépenses utiles et obligatoires. »

Par la voix de l’adjointe aux finances, la municipalité a ainsi expliqué être dans « une méthodologie de diminution des dépenses. Cela passe par la mutualisation et les économies d’énergie par exemple. »

Si pour l’instant, la priorité a été « le maintien de l’existant », le maire de la commune a annoncé que des propositions pour le plan d’investissements pluriannuels seront présentées l’année prochaine. « Les priorités seront de trouver des logements pour les jeunes et des commerces de proximité qui répondent aux besoins des Magnanvillois », indique Michel Lebouc.