Les pouvoirs publics continuent d’essayer de créer une émulation pour diminuer les consommations d’énergie. Deux concours sont ainsi organisés actuellement en vallée de Seine : l’un est destiné aux particuliers ayant mené des travaux de construction, d’extension ou de rénovation de leur habitation. L’autre concerne les associations et petites entreprises, comme les chercheurs et les étudiants franciliens, invités à proposer des solutions énergétiques innovantes et citoyennes.

Dans tout le département, plusieurs associations et institutions publiques organisent la dixième édition du concours « Maisons économes » avec l’aide des collectivités locales. « Constructions en bois, toitures végétalisées, isolation thermique par l’extérieur et chaudières biomasses sont autant de techniques qui ont été mises en lumière », se félicitent les organisateurs des neuf dernières éditions.

Les particuliers souhaitant participer sont invités à s’inscrire jsuqu’au 18 septembre, en téléchargeant le formulaire de candidature sur www.energies-solidaires.org. Ils peuvent aussi demander des renseignements à maisoneconome78@gmail.com. Quatre vainqueurs seront récompensés en octobre prochain, avec pour cadeau un vélo à assistance électrique.

« Les réalisations les plus recherchées seront les optimisations énergétiques dans le cadre d’une rénovation légère, les maisons rénovées au niveau basse consommation, ainsi que les maisons passives et à énergie positive ou utilisant des matériaux biosourcés, locaux, issus du recyclage », précise Energies solidaires du concours.

Du côté des entreprises et innovateurs de tout poil, c’est vers l’appel à projet du Seinergy lab qu’il faut se tourner. La structure muriautine, financée par les pouvoirs publics et de grandes entreprises et inaugurée en mai 2015, est constituée d’un bâtiment d’expérimentation des techniques d’isolation, comme de gestion et de captation de l’énergie.

Ce concours « Seinerg’innov » lancé début juin vise les petites entreprises, associations, mais aussi les universités, les chercheurs et les étudiants d’Île-de-France. Il consiste à proposer « des solutions innovantes repositionnant le citoyen au cœur de la ville intelligente et qui contribuent à la transition énergétique du territoire », qui peuvent se concentrer sur des sujets « d’ordre technologique, numérique, sociétal, pédagogique, ou financier, mais aussi commercial ».

L’intitulé un peu fourre-tout de cet appel à projet, soutenu par Engie (ex-GDF-Suez, Ndlr) et la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPSEO), vise à réduire les consommations d’énergies par l’implication des citoyens. Les critères de sélection ont, à l’inverse, un aspect très concret : au-delà de son « caractère innovant », il devra avoir une « valeur ajoutée » localement, la possibilité « d’être rapidement lancé » et un bon
« potentiel de développement et de réplicabilité ».

Les candidats ont jusqu’au 1er septembre pour rendre leur dossier, avant de le défendre début octobre devant un jury. Les projets sélectionnés gagnent une adhésion gratuite de deux ans au Seinergy lab, permettant de bénéficier du réseau de cette institution public-privée, et d’utiliser son appartement témoin comme ses matériels de mesure. Ils pourront ensuite mener des expérimentations grandeur nature en vallée de Seine, sur le territoire géré par GPSEO.