Initié en 2010, le projet d’aménagement de la Zone d’aménagement concerté (Zac) Les Fontaines connaît enfin son aménageur. Il s’agira de Citallios, né en septembre de la fusion d’Yvelines aménagement et de la SEM 92 notamment. Le jeudi 3 novembre, le conseil municipal l’a approuvé à la majorité. Seule l’opposition a voté contre (voir encadré) et un élu de la majorité s’est abstenu.

Ce projet devrait impliquer la construction d’un peu plus de 300 logements sur dix ans d’après Jean-François Fastré (DVD), maire de la commune, qui compte actuellement environ 3 500 habitants. La date de début des travaux n’a pas été mentionnée lors du conseil municipal.

« Cette Zac d’une superficie d’environ 8 hectares doit permettre[…] la réalisation d’un programme prévisionnel de 35 600 m² de surface de plancher, dont 33 100 m² […] à vocation habitable, logement diversifié et hébergement pour personnes âgées, a rappelé Jean-François Fastré avant le vote. [Ainsi que] 2 500 m² de surface de plancher pour les équipements publics, services de proximité et commerces.  »

Revenant sur l’appel d’offres de 2014, le maire a indiqué qu’en plus de l’offre de base qui devait être conforme au projet du dossier de consultation, les aménageurs pouvaient soumettre une offre variante. A la condition de respecter notamment les « 30 % minimum de logements locatifs aidés » et une « première phase dans la zone centrale au Sud de l’église avec une place semi-piétonne (le projet compte trois phases, Ndlr) ».

Sur les trois aménageurs qui ont candidaté, c’est donc Yvelines aménagement, devenu Citallios qui a été retenu. Pour son offre de base, le solde négatif (la différence entre le montant des dépenses et celui des recettes, Ndlr), est de plus de 4 millions d’euros. « Yvelines aménagement ne peut pas s’engager sur cette base », précise le maire.

Pour l’offre variante cependant, « le montant total des dépenses lui à 12 780 000 euros HT […] et le montant des recettes s’élève à 12 953 000 euros, dont 500 000 de subvention du département », déclare Jean-François Fastré. Cette offre implique « une augmentation de 7,3 % du programme de construction et une réduction de la surface des équipements publics […] qu’ils estiment surdimensionnée ».

L’opposition dénonce un « manque de transparence »

Juste avant de procéder au vote de la délibération portant sur le choix de l’aménageur, l’opposition a tenu à lire une déclaration par la voix de Franck Fontaine (SE), du groupe Bien vivre ensemble.

« Exit les 350 logements programmés sur trois phases et sur plus de 15 ans, estime notamment ce dernier. Le traité que l’on souhaite nous faire voter prévoit 330 logements sur une seule phase et sur 5 ans. » Un point jugé « inexact » par Jean-François Fastré (DVD), maire de la commune : « Les 300 et quelques logements qui sont prévus, ce n’est pas sur cinq ans, c’est sur dix. Et sans doute que ça s’arrêtera là ».

L’opposition a aussi adressé au maire : « Nous dénonçons votre manque de transparence, de concertation, le non-respect de 10 ans d’études et de compromis à l’écoute de la population, et vos prises de décision tout seul Monsieur le Maire. » Une vision contestée par Jean-François Fastré qui rappelle que « ça fait plus de 25 ans qu’on travaille sur le projet de la Zac ». Et ce dernier d’ajouter : « Je crois qu’à un moment, on a pris en compte un certain nombre d’observations, il arrive à un moment où il faut décider, le moment est aujourd’hui. »

Avant de voter contre le choix de l’aménageur, l’opposition a martelé : « Pour nous ce sera non. Non à un chèque en blanc sans retour possible, non à l’hyper-densification, non au manque de vision pour notre commune, non à votre petite tambouille entre amis en arrière-cuisine ».