La décision du tribunal administratif d’appel de Versailles pour le pont d’Achères est tombée : il rejette les requêtes des six pourvois. Ces derniers, formulés par des associations environnementales, entreprises et particulier contestaient la déclaration d’utilité publique du projet par le préfet en 2013.

« On est déçu de cette décision, regrette Antoine Mille, président de l’association Non au pont d’Achères. Ils nous disent que l’interprétation que l’on fait de l’étude de trafic n’est pas la bonne. » Ce pont d’Achères a pour objectif de relier la RD 190 à la RD 30 d’Achères à Carrières-sous-Poissy via un franchissement au-dessus de la Seine et de l’Ile de la Dérivation. D’après le site internet du Département, ce projet permettrait d’améliorer « les conditions de circulation et d’accessibilité à la boucle de Chanteloup ».

Un point contesté par plusieurs associations locales, dont Non au pont d’Achères pour qui « le remède est pire que le mal », d’après Antoine Mille. Malgré cette décision, l’association ne compte pas en rester là. « Nos avocats analysent le jugement pour voir si on va en conseil d’État, explique le président de Non au pont d’Achères. On ne lâchera pas. »