Transformateur électrique mal sécurisé, Enedis condamné

Il a fait condamner la filiale d’EDF pour un poste électrique un peu trop accessible. Ce propriétaire d’un terrain entre Seine et parc du Prieuré redoute pourtant toujours un accident.

324
Actuellement, la porte du poste (photo) « est fermée par une simple attache métallique », précise le propriétaire du terrain. Enedis assure sécuriser « régulièrement » l’accès au poste.
Actuellement, la porte du poste (photo) « est fermée par une simple attache métallique », précise le propriétaire du terrain. Enedis assure sécuriser « régulièrement » l’accès au poste.

Il craint un accident grave, et évoque une « situation abracadabrante et dangereuse ». Hugues Roudil est en effet propriétaire d’un terrain, entre la rue aux Moines et le quai des Martyrs de la Résistance, en contrebas du parc du Prieuré. Sur cette parcelle est implanté un transformateur électrique régulièrement visité, propriété d’Enedis (ex-ERDF, Ndlr). Alors, il redoute une situation comme celle ayant abouti à la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré *.

« Le terrain du transformateur n’est pas clos, explique Hugues Roudil. Des gens squattent parfois les abords immédiats du transformateur voire [son] intérieur. » Assurant alerter Enedis depuis « un an et demi », il a fait condamner l’entreprise publique en 2016 à sécuriser l’accès au local, sous peine d’une astreinte de 150 euros par jour. Il reproche aujourd’hui « [son] immobilisme » à la filiale d’EDF. Cette dernière répond en assurant « respecter ses obligations ».

« On connaît le dossier », souligne ainsi Carlos Montes, adjoint au directeur territorial d’Enedis dans les Yvelines, de ce transformateur situé dans une rue pavillonnaire face à la Seine. « Nous sécurisons l’accès au poste régulièrement, notamment au niveau du portail du terrain », ajoute-t-il. « Il est difficile d’intervenir, indique-t-il cependant des intrusions dans le transformateur. De même que pour les problèmes de tags, cela relève de la police. »

Hugues Roudil, pour sa part, juge les mesures prises insuffisantes, indiquant que la porte du poste électrique « est fermée par une simple attache métallique ». En décembre 2015, ce propriétaire avait en effet porté plainte pour obliger Enedis à « sécuriser l’accès » au transformateur. Il avait également demandé à l’entreprise de le « déménager » de son terrain.

Le 23 février 2016, la société a été condamnée par le tribunal de grande instance de Pontoise (Val d’Oise) à le rendre inaccessible. Actuellement, Enedis « réfléchit avec la mairie pour trouver un nouveau site, assure Carlos Montes. Mais cela pourrait prendre du temps car le poste sert à tout un quartier. Nous ne voulons pas perturber son alimentation en électricité. »

L’entreprise assure par ailleurs n’avoir « jamais constaté d’elle-même » la présence de personnes à l’intérieur. « Si une situation comme celle-ci se produit, il ne faut pas hésiter à appeler le numéro de dépannage qui se trouve sur la facture », recommande Carlos Montes. Ce dernier n’exclut pas « une revérification » dans les semaines à venir.

*En 2005, à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), ces deux adolescents avaient trouvé la mort en se réfugiant dans un transformateur électrique pour tenter d’échapper à un contrôle de police.