Le mardi 28 février, le conseil municipal a voté la cession de l’ancienne école des Tilleuls, aujourd’hui inutilisée et également ancienne mairie, au diocèse de Versailles qui projette d’y installer un patronage (voir encadré). Dans le cadre de la construction d’une nouvelle école maternelle dans le centre-ville, plusieurs pistes avaient été envisagées. Comme celle de la réhabilitation de l’école des Tilleuls n’a pas été retenue, elle se retrouvera sans usage une fois la future école construite.

« Il avait été entendu, que si jamais le scenario de l’utilisation de l’école des Tilleuls n’était pas retenu, nous nous engagions à trouver un scenario qui permette de pérenniser l’école, a déclaré Pascal Collado (LR), maire de la commune, lors du conseil municipal. Il était pour nous hors de question que l’école puisse être cédée à un promoteur immobilier et que le patrimoine architectural de Vernouillet soit touché. »

L’ancienne école des Tilleuls, également ancienne mairie, deviendra la propriété du diocèse de Versailles. Il en conservera l’aspect architectural.

La possibilité de cession au diocèse avait déjà été évoquée en décembre et s’est donc concrétisée la semaine dernière pour une valeur de 370 000 euros. L’école, ainsi que plusieurs parcelles situées à côté, ont été vendues pour une superficie totale de 1 129 m². De son côté, l’opposition municipale a unanimement voté contre cette délibération.

Jordane Mougenot-Pelletier, élu sur la liste de gauche de Marie-Hélène Lopez Jollivet, a regretté que « ce qui a été la maison de tous, la maison de la République, une école, devienne la maison de quelques-uns ». Contacté suite au conseil municipal, le diocèse de Versailles, par la voix de son économe Hervé Giauime, a tenu à préciser que le lieu serait « ouvert à tous, mais c’est évident qu’il faut être d’accord avec le fait que ce soit la paroisse [qui le gère] ».

L’élu d’opposition, Jordane Mougenot-Pelletier a également déploré que « cette proposition du diocèse [soit] acceptée sans qu’il y ait de mise en concurrence qui aurait permis de vendre ces parcelles au-delà du prix des domaines ». Le maire a indiqué qu’il s’agissait d’un « choix délibéré » : « Nous aurions pu sans aucun problème valoriser plus ce patrimoine auprès d’un promoteur immobilier qui aurait de fait rasé l’école, et c’est quelque chose que nous avons refusé ».

Plus d’un million d’euros d’investissement pour le diocèse

Le rachat de l’école des Tilleuls représente un investissement conséquent pour le diocèse de Versailles. Outre l’achat immobilier pour une valeur de 370 000 euros, l’église catholique va investir « 680 000 euros TTC pour la rénovation », précise Hervé Giaume, économe du diocèse. Et ce dernier de détailler que ce montant concernera, tout en conservant « l ‘aspect architectural », « la reprise de presque toutes les menuiseries, l’installation électrique, le chauffage, la cour de derrière qui est un terrain vague, la création d’un passage entre les deux bâtiments et la création de quelques places de parking ».

L’achat et la rénovation portent le coût total à 1,05 million d’euros. Hervé Giaume confie que l’Eglise catholique finance chaque année « de un à trois projets de ce type-là ». Il ajoute que cette opération sera financée « en grande partie par la vente d’actifs immobiliers, et l’autre partie par le denier de l’église (les dons des fidèles, Ndlr). L’économe du diocèse estime que « si tout se passe bien », l’ensemble « devrait pouvoir être inauguré à l’été 2018 ».

Le patronage prend en charge les enfants après l’école

L’installation du diocèse dans l’école des Tilleuls va permettre de développer l’offre de patronage proposée par l’Eglise catholique sur la commune, grâce à ce lieu dont la vocation est déjà de recevoir un jeune public. L’objectif du patronage est de « pouvoir, deux fois par semaine, récupérer directement les enfants à l’école [et] de les accueillir dans cette école des Tilleuls », explique Hervé Giaume, économe du diocèse de Versailles.

Sur place, la paroisse organisera des activités d’éveil, assurera le goûter et l’aide aux devoirs, et les « garder[a] jusqu’à l’arrivée des parents à la sortie de leur travail », indique l’économe du diocèse. Une aumônerie sera également mise en place mais Hervé Giaume précise qu’elle sera « dans des locaux différents du patronage ».

Mise à jour, 9 mars 2017 : Une précédente version de cet article ne précisait pas que l’école des Tilleuls n’est plus occupée par des élèves depuis 2013.