Du mois de mai jusqu’à l’automne, du vendredi au dimanche, le bac assure la traversée entre Rosny-sur-Seine et Guernes depuis 2013 et était financé par les deux communes. Mais le mois dernier, le conseil municipal de Guernes, qui finançait à hauteur de 15 000 euros l’équipement, a renoncé à sa participation, le mettant en péril. Du côté rosnéen, il a été décidé, lors du dernier conseil municipal, de fixer un prix unique de deux euros.

« L’idée c’était de le sauver, il ne fallait pas que le tarif soit dissuasif » constate Pierre-Yves Dumoulin (LR), adjoint rosnéen mais également vice-président de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise en charge des déplacements, de la mobilité et des transports. La municipalité envisage également « d’ouvrir le bac à des entreprises pour une privatisation en semaine ».

Sur le long terme, « deux possibilités » sont à l’étude pour le bac : « Soit on le passe à l’intercommunalité, qui gère déjà la partie juziéroise du bac entre Juziers et Aubergenville, soit on l’intègre dans le plan global du programme de Seine à vélo (visant à développer le cyclotourisme et prévu pour 2020, Ndlr). »