Sur les hauteurs de la ville, le vaste domaine arboré longeant la rue de la Mare Pasloue a connu sa dernière Fête de la ville ce week-end. Alors que depuis trois ans, l’annuelle fête magnanvilloise se déroulait sur ce site situé face au lycée Senghor, « le premier coup de pioche aura lieu en septembre prochain pour bâtir le programme immobilier qui verra le jour ici en 2019 », déclare Michel Lebouc (DVG), maire de la commune, aux Magnanvillois présents lors de l’événement.

Le projet immobilier de la Mare Pasloue, baptisé les Jardins de la tour, sera livré au « premier trimestre 2019 » et verra s’ériger « 150 logements, dont 47 logements sociaux, sur trois hectares », détaille Michel Lebouc qui se satisfait que ce programme comporte « 60 % de taux d’espaces verts ». Et de rappeler son leitmotiv : « On a voulu œuvrer pour préserver l’esprit magnanvillois entre ville et campagne. »

« Un esprit village [et] un emplacement » qui ont d’ailleurs convaincu Olivier et sa femme d’acheter une maison de 97 m² dans ce programme immobilier pour ensuite la mettre en location. Ce Mantais, à l’image des Magnanvillois rencontrés lors de la Fête de la ville, a été convaincu de faire cet investissement pour « le cadre à la limite des champs tout en étant à proximité des transports […], du collège et du lycée ».

Autre point fort vanté par Michel Lebouc, au cœur du programme immobilier se trouvera la future « bibliothèque-médiathèque de 400 m² » qui sera livrée en même temps. Ce dernier espère que la bibliothèque « va être un lieu d’émancipation des Magnanvillois pour continuer le lien social et combattre le communautarisme ».

Une bibliothèque dont l’édile explique la taille par son intention de la mutualiser avec les petites communes alentours. « Pour cet espace comme pour d’autres, je suis à l’initiative de tables rondes avec les maires des communes voisines afin de réfléchir ensemble à une mutualisation de nos infrastructures qui nous permettra d’accéder à des équipements divers et de qualité », annonce le maire.

Comme une trace du passé du domaine, l’échauguette (petite tour ancienne, Ndlr) située à proximité de la Mare Pasloue « va être reconstruite […] pour parler de l’histoire de ce terrain », souligne l’édile. L’imposant mur d’enceinte va également être abattu et en partie reconstruit. « Je ne voulais pas d’un programme immobilier fermé sur lui-même », explique Michel Lebouc.