Vendredi dernier, Andrésy est devenue la treizième ville yvelinoise « et la plus petite », souligne Philippe Jond-Nécand, délégué de l’Unicef départemental, à obtenir le label « Ville amie des enfants », en présence, notamment, de 250 enfants.

La municipalité avait déposé son dossier de candidature l’année dernière. Il repose sur dix thématiques comme par exemple la santé, l’éducation ou encore le handicap. « Il s’agit de faire un état des lieux objectif des actions menées », détaille l’édile andrésien Hugues Ribault (LR).

Dans son dossier, la Ville a notamment mis en avant « la création d’un plateau aux Charvaux, qui s’inscrit dans notre politique en faveur de la jeunesse », poursuit-il. « Il y a une volonté réelle de développer un partenariat avec l’Unicef », note Philippe Jond-Nécand.

Cependant, cette labellisation ne semble pas plaire à tous. Le groupe d’opposition Andrésy énergies renouvelées a envoyé un courrier le 7 juin au président de l’Unicef France, dénonçant « une attribution abusive », prenant pour exemple « la fermeture de l’unique crèche familiale publique ». Une initiative que goûte peu le premier magistrat : « C’est lamentable. Cela dégrade l’image de la Ville ».