Lancés il y a deux ans par la municipalité, les conseils de quartiers réunissent des audiences très variées, de plusieurs dizaines de personnes à quelques-unes. A la maison de quartier Jules Verne, près de la gare, quatre habitantes avaient répondu présent au soir du jeudi 22 juin, malgré la centaine d’affiches apposées un peu partout.

« C’est très local, rien de mieux que les habitants pour dire ce qui ne va pas, se satisfait cependant François Laronde (SE), conseiller municipal et référent du quartier. On fait des compte-rendus qu’on remonte en mairie pour répondre à ces petits problèmes quotidiens. » Présent ce soir-là, Yves Groswald, policier délégué à la cohésion police-population au commissariat conflanais, confirme cet « éventail très large » de doléances : « Chacun voit les problèmes avec sa vision personnelle. »

Certaines de ces critiques sont plus complexes à résoudre, à l’instar des difficultés de stationnement. « Ceux qui prennent le train ne veulent pas payer un euro par jour pour le parking, et viennent stationner à droite et à gauche », déplore François Laronde. Autres reproches endémiques : le bruit, les quads, ainsi que la présence de chiens non tenus en laisse.