L’amphithéâtre du Campus EDF, 220 places, avait fait le plein jeudi dernier, pour la présentation d’Essor, nouvelle association rassemblant des sociétés locales. Portée sur les fonts baptismaux par le gratin politique local, elle compte sur le différend actuel entre élus et Groupement interprofessionnel de la région (Gir) vallée de Seine, association historique, pour s’implanter rapidement.

« Faire de cette association un outil de travail, d’échanges commerciaux, de produits, de services, un outil d’aide et de développement, encourage son nouveau président, Paul-Marie Edwards, accompagné de 11 autres cofondateurs. Essor n’est pas destiné à être une association où on se congratule autour de petits fours. »

Harris Bodard, parti brutalement du Gir il y a un an, en est le délégué général. « Je m’engage à suivre vos recommandations, pour autant qu’elles soient réalisables », a assuré Pierre Bédier (LR), le président du conseil départemental des Yvelines et vice-président de la communauté urbaine de vallée de Seine, évoquant notamment des « restaurants inter-entreprises » dans certaines zones d’activité.