Composé d’une quarantaine de membres, le collectif des Amis du Cinéville, monté au printemps pour défendre le lieu face à sa fermeture programmée à la fin de l’année, ne se laisse pas abattre. « Tant que le bâtiment n’est pas détruit, il y a de l’espoir », avance Christine Guillou, membre du collectif. Il avait notamment lancé une pétition qui a récolté 4 521 signatures.

Reçus en mairie, ses membres qui voulaient « essayer d’arranger les choses », ont été surpris « par la négativité du maire », Laurent Brosse (LR). Et les mesures alternatives présentées dans le magazine municipal ne les rassurent pas.

Divisés en groupes de travail, ses membres veulent informer sur la fonction « civique et sociale » du cinéma. « Il faut responsabiliser les Conflanais, détaille Jeannette Maury, membre du collectif dans la commission fréquentation. Les dégâts provoqués par la fermeture ne sont pas chiffrables mais se feront ressentir sur la sécurité, le social, etc. »

Cet été, les membres du collectif travailleront « sur la mise en route du mois de septembre. Nous allons faire des séances spéciales, des projets artistiques », explique Christine Guillou.