Le vendredi 15 septembre, la Confrérie gastronomique de la poule et du pâté de Houdan a fait renaître le concours du pâté de Houdan au restaurant la Poularde. « Jusqu’à il y a 15 ans, il avait lieu tous les ans à la Saint-Matthieu, raconte Michel Maizoué, commandeur de la confrérie. On a envie de faire revivre le pâté de Houdan. »

C’est là l’un des enjeux du concours car l’une des particularités du pâté de Houdan, initialement réalisé à partir de la poule de Houdan, est que « personne n’en connaît la recette », souligne Sylvan Vandenameele, gérant de la Poularde et participant au concours. Ce dernier explique que l’artisan du XIXe siècle à son origine « est décédé sans donner sa recette, donc on est à la recherche de la recette originale ».

Ce vendredi, la vingtaine de participants ont donc soumis leur propre version du pâté de Houdan. En respectant les quelques critères imposés par la Confrérie, les résultats sont tous différents visuellement, mais également en bouche : « il y a beaucoup de goûts différents », confirme Christophe Raoux, meilleur ouvrier de France et membre du jury. L’autre ambition du concours est de recréer un intérêt pour la poule de Houdan, dont l’élevage se fait aujourd’hui rare.