Jeudi dernier, ils étaient environ 120 devant l’hôtel de ville, et beaucoup plus ont fait grève de 10 h 30 à 13 h 30. Les agents municipaux, soutenus par la CGT, ont lancé une grève suite à l’annonce par le maire FN Cyril Nauth de son souhait de revenir aux 1 607 h de travail annuel. Les grévistes défendent le maintien de 11 jours supplémentaires annuels de congés, et ont reconduit le mouvement jusqu’au jeudi 28 septembre. « Certains n’avaient jamais débrayé, y compris des encadrants », faisait remarquer jeudi Claudine Hoc-Sing.

Le mouvement semble suivi : pour assurer un service minimum vendredi, Cyril Nauth a mis ses élus au travail aux côté des agents non-grévistes.

Secrétaire de la CGT des communaux de Mantes-la-Ville (seul syndicat à la mairie, Ndlr), elle estimait le taux de grévistes à « 90 % » ce jour-là parmi les 347 agents. « Si, à un moment donné, on ne gêne personne, on ne sera pas entendu », précise-t-elle de l’horaire des débrayages. Mais la réunion avec une élue tenue en fin de matinée ne servira in fine à rien, malgré « le dialogue social » prôné par le maire dans un communiqué. Le mouvement semble suivi, puisque pour assurer un service minimum vendredi, Cyril Nauth a mis ses élus au travail aux côtés des agents non-grévistes.