La tension autour de la vente du parc municipal de 14 105 m² pour quatre millions d’euros est loin d’être apaisée. A tel point qu’avant le début du dernier conseil, Joël Mancel (DVD), se préparait à devoir évacuer la quarantaine de personnes présentes.

« Je demande un référendum, s’est exclamé Philippe Paillet (SE), conseiller d’opposition dans le groupe Réagir pour Triel, tandis que des applaudissements montent du public. Vous bradez ce parc, le m² constructible est vendu moins cher qu’aux Mureaux ! » Ce à quoi répond Michel Poirot, adjoint à l’urbanisme : « Nous avons eu une estimation de France domaine (la Direction de l’immobilier de l’État, Ndlr), que nous avons suivie. Mais je ne doute pas que vous allez missionner le tribunal administratif comme vous le faites depuis 2012.»

« Vous n’avez pas honte ? » demande le public alors que la majorité actait la cession. Pourtant, dans ce concert de protestations, une voix s’est élevée pour défendre le projet : « Si l’on veut accueillir la jeunesse dans des logements décents, il faut accepter que le monde bouge. » Un commentaire que n’a pas apprécié la majorité du public : « Donc on ne respecte plus le patrimoine ? »