Au Nord-Ouest de Buchelay, entre la RD110 et les pavillons, les terres agricoles le resteront pour quelques années encore, et seule restera une maison de retraite médicalisée de 90 lits pour 4 800 m² de surface de planchers. A l’occasion de la révision de son Plan local d’urbanisme (PLU), et de la possibilité offerte par la loi Duflot, la commune enterre ce projet construit à l’époque « en défense » d’une urbanisation alors voulue au plus haut niveau.

« L’Etat nous avait enjoint de qualifier cette zone à urbaniser » depuis son intégration dans le schéma directeur élaboré en 2004 par la Région Île-de-France, se rappelle l’édile buchelois, Paul Martinez (UDI). Devenu maire en 2008, les représentants de l’Etat et de la Région m’ont dit de ne pas oublier cette zone, ça m’a fait un peu peur. On a mis la main sur un projet pour maîtriser, en quelque sorte, ce site. »

Aujourd’hui à nouveau classées en terres agricoles dans le PLU en cours de révision, ces parcelles devraient y rester au moins « pour une bonne quinzaine d’années », espère le maire. Ces 500 logements non construits devront cependant être bâtis ailleurs en vallée de Seine, les objectifs globaux de l’Etat restant les mêmes.