Prochainement, les agents de police municipale et de police nationale se retrouveront dans les locaux de cette dernière, situés dans le quartier des Plantes d’Hennemont. Pour la municipalité, comme pour le commissariat de Conflans-Sainte-Honorine (qui couvre le secteur, Ndlr), gains de temps et meilleure transmission des informations sont attendus. Si l’initiative n’est pas nouvelle, puisque mise en place à Saint-Gratien (Val-d’Oise) dès 2005, elle reste rare en Ile-de-France. Elle pourrait se développer dans le département (voir encadré).

Dès la création de la police municipale achéroise en 2014, la question des locaux s’est posée. « Au début elle pouvait être à la mairie, mais les effectifs sont rapidement montés en puissance et le besoin s’est fait ressentir », se rappelle le commissaire Aymeric Saudubray, chef de la circonscription de la sécurité publique de Conflans-Sainte-Honorine.

« La direction départementale de sécurité publique a rapidement accepté, complète Elodie Sornay (LR), première adjointe achéroise en charge de la sécurité et de la prévention. Mais au niveau de la renégociation du bail, gérée par la préfecture de police, cela a pris plus de temps. »

Les cinq policiers municipaux devraient intégrer les locaux au début du mois de décembre. Mais auparavant des travaux de rénovation seront menés, à la charge de la Ville, pour un coût compris « entre 10 000 et 20 000 euros ». Ils concerneront surtout « la partie accueil du public et le bureau des plaintes, afin que les victimes s’y sentent à l’aise », détaille Elodie Sornay.

Les avantages attendus concernent en partie ce meilleur accueil du public. « Il sera fait de manière alternative, explique Aymeric Saudubray. Cela permettra par exemple d’orienter vers la police municipale pour les questions de fourrière ou vers la police nationale pour les dépôts de plainte. »

Mais c’est surtout au niveau des futures interventions que des gains sont espérés.« Il y aura une meilleure transmission de l’information, de manière moins informelle, cela permettra de gagner du temps, tout en restant dans nos compétences respectives, poursuit le commissaire. Cela permettra aussi aux agents de se côtoyer plus régulièrement, de mieux se connaître. »

Bientôt à Vernouillet et Meulan-en-Yevlines ?

« Dans les Yvelines cela reste assez novateur, mais cela va être amené à se développer de plus en plus, par souci d’économies », détaille le commissaire Aymeric Saudubray, chef de la circonscription de la sécurité publique de Conflans-Sainte-Honorine, des locaux communs aux deux polices.

Deux autres communes de vallée de Seine pourraient emboîter le pas à Achères. « Il y a des projets à Vernouillet et à Meulan-en-Yvelines », ajoute le commissaire. Une première tentative a déjà été menée à Vélizy-Villacoublay, « mais elle n’est pas aussi poussée. La police municipale y tient des permanences. »