Amélioration des conditions de travail, sport pour tous et badgeage systématique auraient-ils eu pour vertu de faire chuter l’absentéisme à la mairie de Poissy ? Le maire Karl Olive (DVD), lui, en est fermement convaincu, premiers résultats chiffrés à l’appui : entre 2016 et 2017, il avançait vendredi dernire, en conférence de presse, une baisse de « près de 5 % » de l’absentéisme, « soit 750 jours d’absence en moins et 100 000 euros d’économie ».

A la mairie de Poissy, l’absentéisme représentait en 2014 « 20 000 heures par an », soit près de « 20 jours par an et par agent » en moyenne. « Avant de parler d’absentéisme, je parle d’amélioration des conditions de travail », indique cependant l’édile en évoquant les 11 mesures de son « Pact’ bien-être » : de l’accueil des agents nouveaux ou de retour d’arrêt maladie au télétravail en passant par un centre de formation interne, sans oublier la plus emblématique d’entre elles, le sport au travail.

Mais tout aurait commencé à son arrivée à la mairie, avec le retour du badgeage systématique : « Les 1607 heures (temps de travail légal standard annuel, Ndlr) sont faites », s’en félicite-t-il. Alors, celui qui se décrit comme « le chef de mon entreprise qui fait 1 000 agents et à destination de 40 000 habitants » aurait choisi d’utiliser le temps gagné pour des séances de sport. Comme il assure que 40 000 euros des 100 000 euros non dépensés seront dédiés à « du matériel ergonomique ».

« Poissy bien-être », c’est un créneau de deux heures utilisables par les fonctionnaires chaque semaine sur leur temps de travail, avec une heure de sport comme la marche nordique.

« Poissy bien-être », c’est un créneau de deux heures utilisables par les fonctionnaires chaque semaine sur leur temps de travail, avec une heure de sport à choisir parmi la marche nordique, l’aquajogging, la gym d’entretien, le fitness en extérieur, la relaxation ou la nage avec palmes. Depuis son lancement début 2017, « 300 à 400 agents » dont 62 % de femmes ont participé aux séances de ce dispositif réalisé en interne, avec les éducateurs et dans les bâtiments communaux.

Chez les agents croisés ce vendredi midi-là en pleine marche nordique, la satisfaction domine largement. « Je fais déjà du sport, c’est complémentaire, ça permet de s’évader et de rencontrer les collègues »,
note une fonctionnaire du service des finances, plutôt heureuse d’avoir convaincu nombre de collègues d’y aller. « Ca crée un autre lien inter-services, et moi, ça me donne la pêche tout le week-end, une heure au grand air », abonde une autre travaillant au théâtre.

La mairie passée de 1 057 à 853 agents de 2014 à 2017

Depuis trois ans, le maire Karl Olive (DVD) a mis la mairie de Poissy à la diète. Ils étaient 1 057 agents au total lors de son élection en 2014, il ne sont désormais plus que 853 à officier pour la commune (30 fonctionnaires ont été transférés à la communauté urbaine cette année, Ndlr).« Dès qu’on peut le faire, on ne remplace pas quelqu’un qui part à la retraite, et on ne renouvelle pas les CDD si on peut éviter », explique l’édile de sa démarche.

En avril 2016, la municipalité avait également lancé un plan de départs volontaires. A ce jour, une vingtaine d’agents ont manifesté leur intérêt, trois fonctionnaires en ont fait usage, et deux sont en cours de négociation. « Ca a généré 250 000 euros d’économie, se félicite Karl Olive de ces communaux partis dans le privé ou devenus patrons. Régulièrement, on est appelés… pour autant, il n’est pas dit que j’accepte ! »