« C’est pas de payer qui me dérange, c’est le principe. » Lorsqu’il emménage en 2012 dans cette résidence de la rue Jean Raty, Jean Lemoine, retraité lourdement handicapé, est plutôt satisfait des deux places de stationnement pour handicapés présentes à l’entrée.

Mais il va très vite déchanter, France habitation, le bailleur, lui indiquant par courrier en 2014 « qu’à l’origine, ces emplacements devaient être privatisés et louées à des personnes handicapées. » Une décision qu’il a appliquée au début de l’année 2015.

Un peu plus tard, les places ont été fermées par des arceaux de sécurité pour éviter toute triche. «  La seule place handicapée libre est à 150 mètres », explique Jean Lemoine, qui marche avec une béquille. Il n’exclut pas de « porter plainte » et a contacté l’animateur Julien Courbet.

Pour résoudre la situation, le maire UDI Jean Lemaire a écrit au bailleur « pour récupérer les parkings et qu’ils deviennent publics et gratuits ». Tout en précisant que « le bailleur n’a jamais changé son fusil d’épaule ». La proposition de l’élu n’a pas encore reçu de réponse. Contacté plusieurs fois, France habitation n’a pas répondu à nos sollicitations.