Un tournage pas comme les autres devant l’espace Saint-Exupéry lundi 27 novembre. Toute la journée, l’accès à la place du 8-mai-1945 a été fermé pour permettre de filmer, avec huit caméras de sécurité, des scènes de vie quotidienne dans le cadre du projet Victoria. Ce projet à l’échelle européenne a pour objectif de « faciliter les enquêtes sur les activités criminelles et terroristes grâce à l’analyse vidéo », indique le communiqué.

Sur la place, où une terrasse a été installée et où l’espace Saint-Exupéry a été transformé en banque pour l’occasion, 80 figurants avaient pour rôle « de recréer de la vie urbaine », indique Hervé Bussy, le producteur. Les heures de vidéos tournées serviront ensuite de base de travail à des entreprises spécialisées dans la sécurité, de reconnaissance faciale par exemple. Elles ne pouvaient jusque-là pas travailler sur de vraies vidéos de surveillance pour des raisons de droit d’image des personnes filmées.

« Le but est ensuite de faire une plate-forme où tous les industriels vont mettre leurs algorithmes pour proposer aux forces de l’ordre tous les outils pour exploiter des données vidéo », indique Sonia Lejot, qui travaille pour Thales, l’une des entreprises du consortium du projet Victoria.