Ne les appelez plus amendes de stationnement, mais forfait post-stationnement (FPS). A partir du 1er janvier 2018, la reforme de « dépénalisation et décentralisation » du stationnement payant entrera en vigueur. Alors que jusque-là, l’État gérait les amendes, dont le tarif était de 17 euros, il reviendra désormais à chaque commune de fixer le prix de ce fameux FPS.

Dans les faits, pour les automobilistes, la réforme ne changera qu’une seule chose : dans certaines villes, le prix à payer pour un non-paiement ou un dépassement de temps va augmenter (seuls les stationnements payants sont impactés, Ndlr). La complexité de ce changement à venir est consentie par de nombreux élus.

A Conflans-Sainte-Honorine, le montant restera de 17 euros sur l’ensemble de la commune. A Mantes-la-Jolie, il sera toujours de 17 euros en zone bleue mais passera à 25 euros en zone rouge. En mairie de Mantes-la-Ville, on indique que la décision n’a pas encore été prise et que le sujet sera abordé lors du prochain conseil municipal du 13 décembre. La plus grosse augmentation opérée en vallée de Seine aura lieu à Poissy où le FPS sera établi à 35 euros.

D’après le Groupement des autorités responsables de transport (Gart), qui rassemble des élus de collectivités ayant la compétence transport collectif, cette réforme offre « une solution pour l’attractivité » des centres-villes. Le Gart estime qu’elle devrait permettre notamment d’ « optimiser l’offre de stationnement », de « fluidifier la circulation en ville et améliorer la qualité de l’air », de « renforcer l’attractivité commerciale des centres-villes » et de « lutter contre les comportements inciviques et contre la fraude ».

En pratique, trois cas de figures existent en cas de contrôle par un agent assermenté. L’automobiliste qui paye son stationnement, et reste garé sur sa place le temps prévu, est en règle et ne paye pas de FPS. Celui qui n’a pas du tout pris de ticket à l’horodateur, payera la totalité du FPS, soit 17 euros à Conflans-Sainte-Honorine ou 35 euros à Poissy par exemple.

Et enfin, le conducteur qui aura payé pour une durée inférieure à celle qu’il a passé stationnée, devra s’acquitter du FPS, retranché de la somme déjà réglée. Un même véhicule peut être verbalisé à plusieurs reprises dans une même journée : un FPS peut être émis pour chaque période équivalant à la durée maximale de stationnement.

Les grilles tarifaires actuelles ne changeront pas quant à elles. Mais vu que le prix du FPS doit correspondre au tarif de la durée maximale de stationnement autorisée, cette dernière a été allongée pour permettre la création de nouvelles tranches horaires. A Poissy par exemple, deux heures dans les zones de stationnement de courte durée coûteront toujours 2 euros, et ont été créées : la tranche de 2 h 15 à 17 euros, et celles de 2 h 30 à 35 euros.

Un système de fonctionnement pas si évident à comprendre. « Il va y avoir un petit temps de pédagogie », souligne le maire de Mantes-la-Jolie, Michel Vialay (LR), lors de la présentation à la presse de l’application mantaise de cette réforme. Sans oublier de mentionner les « technocrates » à l’origine de ce changement, qu’il juge « d’abord fait pour les grandes villes ». Dans cette commune, le non-paiement du stationnement sera toujours facturé 17 euros en zone bleue, et en zone rouge, correspondant au centre-ville, il coûtera 25 euros.

A Conflans-Sainte-Honorine, le montant du FPS sera du même montant que le PV d’avant, soit 17 euros. « L’objectif, c’est une non-réforme, explique Laurent Moutenot, adjoint délégué au stationnement. On ne change pas l’équilibre du stationnement qu’on a aujourd’hui et on ne veut surtout pas faire payer les Conflanais. »

L’adjoint confirme que la commune n’a pas profité de cette réforme pour augmenter les tarifs car actuellement, le stationnement « se déroule plutôt bien ». Et précise : « On a aujourd’hui trouvé un équilibre avec le stationnement payant dont la vertu n’est pas d’enrichir, mais de faire de la rotation dans les zones où il y a une pression de stationnement. »

Un équilibre que semble souhaiter atteindre la commune de Poissy en appliquant un FPS à 35 euros pour ses zones payantes, situées essentiellement dans le cœur de ville. « Si on veut, dans le centre-ville, avoir une rotation des voitures, pour les commerces et tout le monde, il faut qu’on soit un peu dissuasif », indique Georges Monnier (LR), adjoint à la voirie de Poissy.

« Si on veut faire vivre un centre-ville, il faut que ça tourne, il ne faut pas que les gens restent en permanence sur les places de stationnement », ajoute Georges Monnier. Mais d’insister sur le fait que pour ceux qui respectent la réglementation, rien ne change : « On n’a pas changé les tarifs, diminué le temps et les zones n’ont pas changé. »

Payez le stationnement à distance avec votre smartphone

Depuis trois semaines, les automobilistes de Conflans-Sainte-Honorine peuvent régler leur stationnement sur l’application Paybyphone, la même qui est déjà utilisée à Mantes-la-Jolie depuis 2015. La municipalité pisciacaise travaille également à la mise en place du paiement du stationnement via téléphone portable, espérée pour le début d’année prochaine.

Plus besoin de se rendre à l’horodateur, le stationnement peut être payé en quelques clics directement sur le téléphone. L’application offre comme avantages aux automobilistes de pouvoir prolonger leur stationnement à distance, et de recevoir une notification avertissant de l’approche de la fin du stationnement.