Le chantier prévu sur la friche de l’ancien magasin But, qui avait déménagé à Buchelay il y a plusieurs années, doit changer l’aspect de l’entrée de la commune, par une avenue de l’Europe elle aussi réaménagée. Aujourd’hui finalisé, le projet, porté par la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO), comprend la parcelle du But, achetée cette semaine à son propriétaire privé par l’Etablissement public foncier d’Île-de-France (Epfif), ainsi que les pavillons voisins.

Trois immeubles sont prévus sur 24 000 m². Côté Mantes-la-Jolie doivent être implantés deux d’entre eux, destinés à accueillir un hôtel et une résidence pour personnes âgées. Vers Magnanville, le long de l’avenue de l’Europe, la construction envisagée comprendrait un magasin Lidl de 1 700 m² au rez-de-chaussée, puis deux étages de parkings avec façades et toiture végétalisées, sur lesquels prendraient place environ 70 logements en plusieurs étages.

« Lidl en pied d’immeuble, c’est un vrai plus, se félicite du projet financé par un promoteur privé Suzanne Jaunet (LR), première vice-présidente de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO), et première adjointe à Achères. J’espère que ça va servir de modèle, puisqu’aujourd’hui, les surfaces moyennes comme ça, c’est mieux qu’elle puissent s’installer autrement que dans des boîtes à chaussures… »

De l’ancien But, le maire magnanvillois ne cache pas qu’il « dénature complètement l’entrée de ville ». Alors, Michel Lebouc (DVG) est satisfait de voir le projet se concrétiser.

De l’ancien But, le maire magnanvillois ne cache pas qu’il « dénature complètement l’entrée de ville ». Alors, Michel Lebouc est satisfait de voir le projet se concrétiser. « Les parkings en silo sont complètement végétalisés, les appartements en bois, chanvre et métal, tout en développement durable », se réjouit-il . Un restaurant et quelques commerces de proximité sont à ce stade aussi souhaités.

Le retour de Lidl sonne également comme une bonne nouvelle. La fermeture administrative du centre commercial Mag 2000, intervenue à l’été 2016 pour raisons de sécurité, avait engendré celle du magasin Lidl qui s’y trouvait. Par contre, il n’a pu obtenir la préemption par l’Epfif de l’hôtel Formule 1 situé juste à côté du projet : il a donc pu être racheté par l’Etat pour accueillir des demandeurs d’asile, comme La Gazette le révélait en juillet dernier.

Quant à l’avenue de l’Europe, qui voit passer environ 20 000 véhicules quotidiennement, elle doit être largement modifiée. « L’entrée de ville va être réellement réaménagée, avec l’ambition de refaire tout le carrefour, très accidentogène, en un carrefour urbain et des voies à 30 km/h », annonce Michel Lebouc, qui promet « à terme un nouveau boulevard urbain qui ne sera pas l’autoroute qu’on connaît aujourd’hui. »