Mardi 19 décembre, une cinquantaine de personnes, dont une moitié de vingtenaires, se sont déplacées à la salle Robespierre pour assister à la première réunion publique en vallée de Seine du mouvement Génération.s, fondé par le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon.

« Il y avait déjà un noyau qui s’était constitué lors de cette campagne », souligne Thibaud Eychenne, un des organisateurs de la réunion, de l’affluence. Et Marie-Noëlle Bas, co-organisatrice (et candidate aux dernières élections législatives pour le Parti socialiste, Ndlr) d’ajouter : « L’objectif c’est de discuter avec les gens, de montrer qu’une alternative est possible. »

Pour cette première, Barbara Romagnan, membre de la direction provisoire de Génération.s et Guillaume Duval, rédacteur en chef de la revue Alternatives économiques, ont été invités pour débattre sur les moyens de préserver les emplois. Dans le public, les questions ont surtout concerné les conditions d’instauration et le fonctionnement du revenu universel.