Le début de saison est plus que réussi pour les deux équipes premières seniors du Conflans-Andrésy-Jouy volley-ball (CAJVB). Les masculins sont actuellement en tête de leur poule de Nationale 2 et restent invaincus en championnat à l’approche de la fin de la phase aller. Avec la trêve hivernale qui a pris fin ce week-end par une victoire en Coupe de France fédérale, retour sur ce début de saison sans faute des masculins avec Philippe Montaudouin, le président du CAJVB.

Avec dix rencontres en championnat et autant de victoires, huit victoires 3-0 et deux victoires 3-1, c’est logiquement que les Conflanais sont leaders de la poule C de N2. « Le bilan est plutôt très bon », confirme Philippe Montaudouin de cette invincibilité en championnat (la seule défaite de la saison a été enregistrée en Coupe de France pro contre un club professionnel, Ndlr).

Une réussite que le président du club met sur le compte du collectif. « On a gardé une bonne ossature de l’année dernière, on a donc des joueurs qui se connaissent bien, et les trois nouveaux qui sont arrivés […] se sont intégrés assez facilement, observe-t-il. C’est ça, pour l’instant, le secret : un collectif, une bonne intégration des nouveaux, et une certaine sérénité avec une équipe capable d’accélérer quand il faut. »

Fort de ces résultats, l’objectif des Conflanais est logiquement la montée. « On veut finir premiers et monter en Elite, ce serait bien si on peut », annonce Philippe Montaudouin. Une montée envisageable, d’autant que cette année, les premiers de chaque poule accéderont directement à la division supérieure, contrairement à l’année dernière où une phase de playoff était en place.

Mais le président se montre prudent. « On est invaincu, mais on n’est pas à la merci d’un faux pas, donc plus on prendra d’avance et mieux ce sera pour nous », rappelle le président du club. Une avance que pourraient creuser les Conflanais dès le 14 janvier, avec la réception de Rennes, l’actuel second au classement, également invaincu.

« Comme on joue à domicile, ce qui serait bien, c’est qu’on gagne, souligne Philippe Montaudouin. On a trois points d’avance, supposons qu’on gagne une fois, on ferait le trou. C’est un peu ce qu’on peut souhaiter : faire le trou tout de suite à domicile, ce qui nous permet d’avoir un joker au cas où. » En dehors du championnat, les Conflanais sont également engagés en Coupe de France fédérale.

C’est d’ailleurs par les huitièmes de finale de cette compétition qu’ils ont fait leur reprise ce samedi 6 janvier : à domicile, le CAJVB a battu Beauvais (Elite), trois sets à zéro (25-19, 25-13, 25-16). Comme le CAJVB est désormais le seul club de Nationale 2 encore qualifié en Coupe de France fédérale, il accueillera, comme l’année dernière, les quarts et demi finales les 10 et 11 février.

Carton plein pour les féminines

Les féminines du Conflans-Andrésy-Jouy volley-ball (CAJVB) cartonnent aussi pour leur début de saison en Nationale 3. Les Conflanaises, seule équipe invaincue de leur poule avec huit victoires en autant de matchs, sont logiquement en tête. « Pour nous c’est un super début de saison, c’est certain », apprécie le président du club, Philippe Montaudouin.

Ce dernier affiche là aussi l’ambition d’accéder à la division supérieure en fin de saison. « Clairement on aimerait bien parce que ça fait deux ans qu’on finit aux portes de la montée, rappelle Philippe Montaudouin. Mais ce ne sera pas une mince affaire non plus parce qu’on a une poule assez relevée. » La prochaine grosse échéance en championnat arrive vite avec un déplacement à Caen, le second du groupe, samedi 14 janvier.

Après la trêve de cet hiver, les Conflanaises ont retrouvé le chemin des terrains ce samedi 6 janvier avec les huitièmes de finale de Coupe de France. Une rencontre dominée par les féminines du CAJVB, et remportée trois sets à zéro (25-14, 25-15, 25-18) contre Lievin (N3).

Interrogé après la rencontre de ce week-end, Philippe Montaudoin confirmait l’intérêt de la Coupe de France, qui permet une accession directe en Nationale 2 en cas de victoire. « Mais il y a de bonnes équipes encore en course, il faut aller au bout, indique-t-il. On aimerait mieux être sûr de monter grâce au championnat plutôt que par rapport à la Coupe. »