Fini le site internet Admission postbac (APB) et place à la nouvelle plate-forme d’orientation pour les futurs bacheliers : Parcoursup. Ce dernier sera lancé à partir du 15 janvier et permettra aux élèves de formuler leurs vœux pour la poursuite de leurs études.

Suite aux inquiétudes des parents remontées à la municipalité conflanaise, notamment après les dysfonctionnements rencontrés sur APB l’an dernier, une réunion d’information sur l’orientation destinée aux futurs bacheliers était organisée le vendredi 5 janvier à l’Espace info jeunes. Plusieurs de ces derniers soulignent ne pas encore avoir reçu beaucoup de renseignements jusque-là.

Cette nouvelle initiative de la mairie donnera lieu à plusieurs rendez-vous à l’Espace info jeunes aux étapes clefs du parcours d’orientation des lycéens, et ce jusqu’en juillet. « On avait un ras le bol et une inquiétude réelle des parents sur APB, avec les couacs de l’an dernier », explique Jérémy Michalon (LR), conseiller municipal à la jeunesse, de l’organisation de ces temps d’échange.

L’élu à la jeunesse souligne cependant que l’idée « n’est pas de substituer à l’Éducation nationale », mais de proposer une « offre complémentaire » en donnant aux lycéens des informations et en leur permettant « d’échanger et d’anticiper ». Pendant la première réunion d’information de ce 5 janvier, la dizaine de lycéens conflanais se sont vu présenter plusieurs outils pouvant les aider à réussir leur orientation : sites internet consacrés aux différents études et métiers, et salon Postbac.

« On n’a pas voulu trop développer la plate-forme (Parcoursup, Ndlr) car c’est l’Éducation nationale qui va le faire », indique David Teissier, responsable de l’Espace info jeunes. D’après ce dernier, ce n’est d’ailleurs pas Parcoursup en lui-même qui préoccupe les étudiants. « La plate-forme, les jeunes n’en parlent pas trop, apprend-t-il. Mais leur inquiétude est d’arriver à se situer dans le schéma des études [et] la bonne formulation des vœux. »

Un point de vue repris par plusieurs des étudiants présents au rendez-vous du 5 janvier, tous venus essentiellement pour glaner des informations. « Ce qui m’inquiète dans l’orientation, c’est de ne pas réussir à avoir ce que je veux faire, et me tromper dans mon choix sur APB », confirme Esther, 18 ans, qui va passer le bac au lycée Louise Weiss à Achères et souhaite se diriger vers des études d’infirmière.

Si elle ne montre, quant à elle, pas de signes d’appréhension pour la formulation de ses vœux, une autre lycéenne, en terminale au lycée Jules Ferry de Conflans-Sainte-Honorine, apprend avoir encore eu peu de renseignements sur la future plate-forme. « J’ai l’impression d’être une année test, on a enlevé APB, là, pour le nouveau site … »,
exprime cette dernière. Une vision partagée par un autre élève conflanais après la réunion : « Au lycée, on n’a pas encore eu tellement d’informations. »