Cet été, des traces de l’ADN de Mohamed Lamine Aberouz ont été retrouvées sur l’ordinateur portable de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, le couple de policiers assassiné le 13 juin 2016 à son domicile.

« Je n’ai jamais été là-bas ! C’est sûrement à cause de Larossi qui a transporté mon ADN… », a déclaré le Muriautin de 24 ans, lors de sa garde à vue le 11 décembre dernier, révèle Le Parisien.

Si son téléphone portable borne aux Mureaux au moment du drame, peu avant 20 h, il reçoit un appel auquel il ne répond pas. Enquêteurs et juges d’instruction pensent que ce bornage lui permet de se forger un alibi, détaille le quotidien francilien.

Considéré comme le « référent religieux » du terroriste Larossi Abballa, il avait déjà été placé en garde à vue en avril dernier, mais relâché faute de preuves formelles. En décembre, il a été mis en examen et incarcéré.

Un nouveau scénario est privilégié par les enquêteurs, où les terroristes sont désormais deux à se présenter, peu avant 19 h, au domicile du couple. Treize minutes plus tard, l’ordinateur portable est éteint « de manière précipitée ». Les enquêteurs pensent que Mohamed Lamine Aberouz a pu s’éclipser sans être vu, vers 20 h 20.