Pour ses premiers voeux aux personnalités (des voeux au personnel avaient été faits en 2017, Ndlr), la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) avait mis les petits plats dans les grands au Hall 5 du Parc expo mantais. Son président, Philippe Tautou (LR), s’est surtout réjoui d’être parvenu à « poser les bases d’une nouvelle façon de gouverner » depuis la naissance de GPSEO en 2016.

« Nous étions aussi soucieux de réussir à organiser le fonctionnement de cette fusion de six EPCI (intercommunalités, Ndlr) aux histoires si disparates, a-t-il complété. […] Toutes les fondations sont désormais posées et nous allons poursuivre. » Au rang des incertitudes financières, il évoque la « baisse structurelle de la dotation globale » (décidée par l’Etat, Ndlr) et la fermeture de la centrale EDF de Porcheville,
« qui nous prive dès cette année de 6,5 millions d’euros de recettes ».

Alors, s’il rappelle « que nous ne ferons rien contre l’avis des communes », il affirme sa volonté d’aménager : « Notre ambition est de porter les grands projets, non pour flatter l’ego du président mais parce que la communauté urbaine est la seule à pouvoir les porter politiquement. »