« Aujourd’hui, le vrai projet, c’est celui des Mureaux », assurait le maire François Garay (DVG) à son conseil municipal en mars dernier, lorsqu’étaient évoqués les cinq projets de téléphérique étudiés par Île-de-France Mobilités (ex-Stif, Ndlr) dans la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO).

La présidente de la Région Île-de-France comme d’Île-de-France mobilités, Valérie Pécresse (LR), a confirmé que le téléphérique muriautin était une priorité. « Le téléphérique Meulan – Les Mureaux a été retenu parmi les projets les plus crédibles et faisables des 12 projets présentés à Île-de-France mobilités », a-t-elle indiqué lors des voeux de la communauté urbaine, fin janvier.

La présidente du conseil régional a également demandé au gouvernement « un régime dérogatoire pour aller beaucoup plus vite » dans la réalisation de ce téléphérique « techniquement beaucoup plus simple » à concrétiser qu’un métro ou qu’un tramway. Ce téléphérique partirait à terme de l’autre côté des Mureaux, au niveau de l’A13, passerait par la gare, avant de franchir la Seine jusqu’à Meulan-en-Yvelines puis Hardricourt.

Crédit photo : ILLUSTRATION / LA GAZETTE EN YVELINES