La municipalité méziéroise a dans les tuyaux un projet de construction d’un nouveau bâtiment pour le centre de loisirs et le Relais d’assistants maternels (Ram). Celui-ci devrait voir le jour sur le terrain, situé à quelques pas de la mairie, de l’actuel centre de loisirs qui serait quant à lui démoli, une fois le nouveau livré espère la Ville. « C’est le projet de la deuxième partie de mandat », confie Jean-François Fastré (SE), maire de la commune, sans avancer de date.

« C’est indispensable car le local actuel n’est plus aux normes et en prévision des besoins supplémentaires compte tenu des programmes [immobiliers] sur la commune (qui vont accroître de manière significative le nombre d’habitants à Mézières-sur-Seine, Ndlr) », explique de ce projet Jean-François Fastré. Si dans un premier temps, la municipalité s’est posé la question de l’amélioration de l’existant ou de sa démolition, l’écart de prix « très peu différent » entre les deux options a fait pencher la balance pour un bâtiment neuf.

D’après les documents de la consultation lancée pour ce projet cet équipement « d’environ 750 m² » sera dimensionné pour recevoir « 48 enfants » dans la partie maternelle et « 72 enfants » dans la partie primaire. Le Ram sera également regroupé dans ces locaux et sera conçu pour recevoir « 18 enfants » de 0 à 3 ans. L’espace jeunes situé sur le même terrain ne sera pas concerné par ces travaux.

Le budget de ce projet est estimé à « 1,1 million hors taxes », confirme Jean-François Fastré. La municipalité espère bénéficier de subventions pour ce centre de loisirs mais le maire précise : « Il n’est pas exclu qu’on puisse compléter par un emprunt, qui sont avantageux en ce moment. »

Un foyer de jeunes travailleurs derrière la Poste

Un Foyer pour jeunes travailleurs (FJT) devrait voir le jour dans le centre-ville de Mézières-sur-Seine d’ici la rentrée de septembre 2018. Ce projet de dix logements verra le jour derrière la Poste, dont une petite surface sera récupéré pour le FJT. « Je reconnais le bien fondé d’un tel équipement, ça offre l’avantage de mettre le pied à l’étrier [aux jeunes travailleurs] », souligne Jean-François Fastré (SE), le maire.

La Ville participe à ce projet, porté par Mantes en Yvelines habitat, en mettant à disposition le terrain. « Avec le FJT, des liens vont se mettre en place avec les services enfance et jeunesse, pour qu’ils soient intégrés à la commune et faciliter leur passage à autre chose », espère Jean-François Fastré.