Les tensions étaient latentes dans le quartier du Val Fourré depuis l’interpellation le 7 novembre dernier d’un homme de 27 ans, gravement brûlé aux mains dans le fourgon qui l’emmenait au commissariat mantais. Elles ont éclaté durant la nuit du samedi 18 au dimanche 19 novembre, dans les secteurs des Explorateurs et des Médecins. Feux d’artifices, pierres et cocktails Molotov ont été lancés sur des patrouilles de fonctionnaires durant la nuit. Les images ont largement été relayées sur les différents réseaux sociaux.

Face à la recrudescence des violences urbaines durant la semaine (voir encadré), des patrouilles de CRS avaient été appelées en renfort. Un dispositif de « sécurisation renforcée » a été mis en place dans le quartier le week-end dernier. Durant les deux matinées du samedi et du dimanche, les policiers ont mené des opérations de contrôles dans les parties communes afin de découvrir et saisir « des armes par destination » explique une source policière. Le 19 novembre, un sac de pierres a ainsi été découvert.

Le quartier a également été survolé par hélicoptère, permettant ainsi de repérer plusieurs fenêtres de toits d’immeubles ouvertes, rue Laennec. Mais c’est à partir de 22 h que la situation s’est dégradée. Les fonctionnaires ont ainsi été la cible de feux d’artifices, de jets de pierres, mais également de cocktails Molotov.

Les images ont largement été diffusées et relayées sur les différents réseaux sociaux par les auteurs des faits.

Sur l’une des vidéos diffusées, on voit le projectile enflammé atteindre un des fourgons de la police, sans faire de blessé ni de propagation. En parallèle, une dizaine de voitures ont été incendiées. L’enquête a été confiée à la Sûreté départementale. Si les scènes ont été violentes, elles ont aussi été très brèves. Vers 23 h, le secteur était redevenu calme.

Sollicité sur cette question, le toujours édile mantais Michel Vialay (LR), n’a pas souhaité commenter « tant qu’une décision de justice n’est pas prise ». Il a toutefois assuré « toujours travailler pour que la situation soit apaisée ».

Une escalade de tensions au fil de la semaine

Dès le 13 novembre, une tentative d’embuscade auprès des forces de l’ordre et des sapeurs-pompiers avait été déjouée rue Marie Laurencin, dans le secteur des Peintres. Près d’un local incendié, plusieurs personnes attendaient leur venue, des pierres à la main. Elles se sont finalement enfuies à leur arrivée. Le lendemain, les forces de l’ordre découvraient dans le secteur des Médecins une dizaine de grosses pierres et des bouteilles vides pouvant servir de projectile. Le jeudi 16 novembre, plusieurs jets de projectiles avaient été relevés par les forces de l’ordre.

Crédit photo : BLOCUS INFO – TWITTER