« Les planètes commencent à s’aligner. » Le message d’Eric Roulot, le maire PCF de Limay lors du conseil municipal du 7 février se voulait plutôt optimiste concernant la construction d’un nouveau centre commercial à proximité de l’ancien centre commercial la Source. La superficie de cet espace serait de 850 m², contre 3 500 m² auparavant.

Si le conseil a voté à l’unanimité la cession d’une parcelle municipale à l’Etablissement public national d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux (Epareca), l’opposition a souhaité qu’il n’y ait plus qu’un seul propriétaire, pour simplifier les relations.

Le 12 septembre 2016, 12 commerces des 15 qu’en comptait le centre commercial construit dans les années 1970 étaient ravagés par un incendie criminel, le cinquième en moins d’un an. Le sinistre a « endommagé lourdement la structure métallique », détaille la délibération et « l’ensemble des activités commerciales », sont interrompues depuis.

« Il y a avait deux solutions possibles, détaille l’édile. Soit reconstruire sur la friche actuelle, ou construire un centre plus petit sur un terrain qui nous appartient. » C’est cette deuxième solution qui a été retenue, afin de « rétablir une action commerciale de proximité ».

Ce nouveau centre commercial serait ainsi d’une superficie de 850 m² et permettrait « l’implantation d’une supérette, d’une pharmacie, d’un bar PMU et d’un local de vidéoprotection », poursuit Eric Roulot.

Le 12 septembre 2016, 12 commerces des 15 qu’en comptait le centre commercial construit dans les années 1970 étaient ravagés par un incendie criminel.

Reconnaissant que la superficie de la friche, de « 3 500 m² » était « plus généreuse », le maire pointe cependant « un problème de temps », lié à « l’imbroglio administratif », mêlant les commerçants, propriétaires, assurances et syndic. « Le démêlage aurait pu prendre quatre, cinq six, sept ans », énumère l’élu. La deuxième option permettrait la livraison d’un nouveau centre commercial « fin 2019 », espère-t-il.

« L’opérateur unique est quelque chose de primordial, il faut que ce soit précisé dans la convention », insiste pour sa part Catherine Couturier conseillère d’opposition du groupe Elus à l’écoute des Limayens pour l’égalité et plus de solidarité. « C’est le modèle même de l’Epareca, lui répond Eric Roulot. Il assure la gestion le temps de mettre le centre commercial à flots puis le cède à un opérateur commercial unique. »

Conseiller d’opposition PS, Tristan Brams a, lui, demandé si les commerçants actuels « ont été prévenus » du projet. « On ne fait pas ça de manière masquée », souligne Eric Roulot. Avant d’ajouter : « On n’a pas résolu la totalité des questions du projet. » Jean-Luc Maisonneuve (DVD), du groupe Agir pour Limay demande lui « où seront les places de parking ? » Conscient du problème, Eric Roulot annonce « essayer de trouver des moyens » pour le résoudre.

Une autre délibération devrait être proposée au conseil municipal avant le mois « pour revenir sur le calendrier et le montage financier », souligne le premier magistrat. Le coût de la construction de ce nouveau centre a été estimé par l’Epareca à environ 2,1 millions d’euros.

L’organisme la financerait à hauteur de 838 472 euros, tandis que le Conseil départemental octroierait une subvention d’environ 1,1 million d’euros. La participation de la Ville est, elle, estimée à 170 848 euros. La viabilisation et l’aménagement de l’espace public, seront eux à charge de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise.