Le président de la CA2RS souhaite que la transition se déroule de la meilleure des façons. Quelques jours avant le vote du budget 2015, le dernier de l’intercommunalité avant son intégration dans le grand ensemble de 400 000 habitants, Philippe Tautou (UMP) a désiré mettre en avant la stabilité de la fiscalité et la réalisation équilibrée des projets en cours.

Concernant la baisse des subventions, le maire de Verneuil-sur-Seine n’a pas oublié de rappeler son agacement. Pointant du doigt une nouvelle fois la diminution de la dotation globale de fonctionnement (DGF), c’est à un autre échelon qu’il s’en est pris : « Il y a un décalage de trois ou quatre ans avant de toucher les subventions européennes. On nous doit environ un million d’euros, qui est actuellement dans la nature. »

Les dépenses de fonctionnement s’élèveront à 54,4 millions d’euros pour l’année 2015. Celles liées aux investissements (24,5 millions d’euros) sont des priorités d’avenir pour l’agglomération, qui achèvera les projets en cours comme le Parc du peuple de l’herbe et les pistes cyclables.

« Les acquisitions foncières sur la Zone d’activités commerciales des 40 sous (à Orgeval, Ndlr) sont le plus gros chantier que l’agglomération aura à porter. Nous devrons investir beaucoup pour la revitaliser », a précisé Philippe Tautou. Dès le 20 avril, la CA2RS fera ses cartons en vue de son installation dans les anciens locaux de GKN, acquis l’an dernier par la communauté d’agglomération.

Pôle métropolitain : la transition intercommunale

Le 14 avril se réunira la première réunion du Pôle métropolitain. Les membres de son bureau (président et vice-présidents) seront élus parmi les 24 conseillers communautaires, eux-mêmes issus des six intercommunalités de la vallée de Seine. « La CA2RS aura cinq élus, et autant de suppléants. Si le conseil général des Yvelines intègre le pôle, nous passerons de 24 à 29 élus, a expliqué Philippe Tautou. Ma préférence serait d’accueillir le conseil général, ainsi que d’autres collectivités comme le conseil général du Val d’oise. »

Préfigurant la création de la grande intercommunalité, le pôle métropolitain pourrait avoir une autre vocation en 2016 : « L’intégration de la région serait alors intéressante pour travailler sur l’ensemble du secteur et préparer l’arrivée d’Eole, la ligne Paris-Normandie, le canal Seine Nord », a poursuivi le candidat déclaré à la présidence du pôle.