Au milieu des machines fantastiques de Jacques Lélut, sous le plafond du bâtiment industriel qu’est cet « astroport », un premier café associatif rassemble une cinquantaine de personnes. Sa compagne, la journaliste Elisabeth Lerminier, appelle chacun à venir un jour présenter une passion, un travail.

La suite se fait en musique, entre Brel et Bashung, chantés par Maëno. Dans la cour, l’auteur de science-fiction Jean-Marc Ligny discute avec les lecteurs et dédicace ses romans : certains sont directement inspirés des étranges vaisseaux steampunk que Jacques Lélut assemble à partir de matériaux de récupération.

Alors que le couple entame sa cinquième année de présence bonniéroise, l’association qu’ils ont fondée l’an dernier, les Passagers de l’astroport, monte en puissance. Ils espèrent pouvoir tenir ce café associatif chaque vendredi soir. Pour les consommateurs, pas de ticket d’entrée mais une adhésion annuelle obligatoire de quelques euros à l’association.

« Nous voulons développer l’idée de participation : si quelqu’un veut proposer au café un concert, un événement autour d’un intérêt, d’un talent, nous mettons l’endroit à disposition, explique Elisabeth Lerminier. C’est un lieu de partage et d’échange. » Les prochains cafés seront annoncés sur la page Facebook des Passagers de l’astroport.