Les quatre tranches de production de la centrale électrique porchevilloise doivent fermer en 2023. Dans un communiqué de presse, la CGT s’inquiète d’une possible fermeture de deux tranches dès 2018. La direction du site assure néanmoins qu’aucune décision n’est encore prise, la possibilité d’une fermeture partielle en 2018 étant étudiée chaque année.

« Nous envisageons en complément l’arrêt d’exploitation de deux tranches de Porcheville à l’horizon 2018 », indiquait récemment l’électricien lors d’un comité central d’entreprise. « L’arrêt d’une partie des installations portera un préjudice supplémentaire à la région », estime la CGT dans son communiqué. « Depuis quelques années déjà, on nous parle du fait que le site va évoluer, avec peut-être une fermeture plus tôt que prévu. Là, ça devient plus officiel qu’avant, estime Gilles Denimal, délégué du personnel CGT à la centrale. Si la décision est prise, quasiment la moitié du personnel va devoir changer de lieu de travail. »

Le maintien ou non des deux tranches dépendra de l’expertise annuelle menée par EDF sur ses trois centrales alimentées au fioul. « La centrale est très peu sollicitée, donc EDF étudie un posssible arrêt d’exploitation anticipé chaque année, mais aucune décision n’a été prise à cette date », assure la direction du site. Le syndicat demande l’implantation de nouveaux moyens de production sur le site, à l’emplacement de l’ancienne centrale à charbon (voir encadré). La fermeture de 2023 est due au durcissement des normes environnementales concernant les rejets, ainsi qu’à la faible rentabilité du site pour EDF.