« En terme de délai, le plus tôt sera le mieux », reconnait le commissaire Sébastien Abadie, chef de la circonscription d’agglomération des Mureaux, qui attend de prendre place dans le nouvel hôtel de police, construit à proximité de la gare. Depuis le début des années 1980, l’actuel commissariat est abrité dans un pavillon à quelques centaines de mètres du pont de Meulan. Ce dernier « ne répond plus aux exigences, en 2015, pour travailler dans de bonnes conditions », soutient le commissaire.

Le gros œuvre de la future structure de police est aujourd’hui achevé. Les fonctionnaires pourraient investir les lieux à la fin de l’année, ou au plus tard en début 2016. Les 13 millions d’euros investis par l’Etat et la région Île-de-France permettront de remédier à la vétusté des locaux, jugés « indignes de la République » par Manuel Valls lors de sa visite en février 2014. C’est le ministère de l’Intérieur et son secrétariat général qui gèrent l’avancée des travaux du commissariat en construction aux Mureaux. Ce dernier offrira aux agents de police un environnement de travail moins exigu, et les mis en cause comme les victimes seront accueillis dans un lieu plus conforme à l’institution régalienne.

Le nouvel emplacement du commissariat facilitera également le travail des équipes de police. « Nous serons plus centralisés sur la ville mais aussi la circonscription. Nous avons dix communes sur notre zone géographique, et nos patrouilles vont sur les deux rives », explique le commissaire de police des Mureaux. Ce recentrage du commissariat « au cœur de la ville » limitera le temps d’intervention dans les quartiers, notamment ceux situés en Zone de sécurité prioritaire (ZSP). Mais aussi dans les zones résidentielles où les habitants « attendent aussi », d’après le commissaire Sébastien Abadie, que la police soit présente.