Les demandes sont les mêmes qu’au début du mois. Les travailleurs sans-papiers veulent que leur situation soit régularisée, et demandent pour cela l’obtention de certains documents à leurs employeurs. C’est pour cette raison que plusieurs d’entre eux ont occupé l’agence d’intérim Manpower des Mureaux, vendredi 19 juin dès 9 h 15. « Nous voulons cette fameuse concordance et le Cerfa », explique le porte-parole du collectif des travailleurs sans-papiers des Yvelines, également membre de la CGT. Le syndicat soutient ces travailleurs qu’ils soient en CCD, en CDI ou même sans emploi, mais intensifie son action sur les intérimaires.

« Adecco, Manpower et Randstad sont les trois premières entreprises d’intérim dans le monde, et Manpower la première en France. A elles trois, elles approchent les 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires, et plus de deux millions de salariés intérimaires travaillent pour elles chaque jour », explique Alain Luguet de l’union locale CGT des Mureaux. Des promesses d’embauche (Cerfa, Ndlr) et des attestations de concordance sont donc demandées aux directeurs de ces agences, afin que les travailleurs sans-papiers puissent travailler sous un autre nom, comme le prévoit la circulaire Valls de novembre 2012.

« C’est tout l’intérim qui est concerné. Nous relâcherons aucun effort », affirme le porte-parole des sans-papiers. Ce lundi, une agence parisienne (IXème arrondissement) d’Adecco a elle aussi commencé â être occupée. Si la direction de Manpower, aux Mureaux, souhaiterait apparemment trouver un moyen de résoudre la situation, celle d’Adecco a en revanche assigné, mardi 16 juin, devant le tribunal de grande instance de Versailles la CGT des Yvelines, pour « occupation illicite », d’après le syndicat lui-même.