Le réseau d’affaires professionnel états-unien Business network initiative (BNI) s’étend dans les Yvelines. Il y a peu, deux nouveaux chapitres (équivalents à une section locale, Ndlr) sont officiellement nés à Mantes-la-Jolie comme à Poissy. L’objectif ? Rassembler des professionnels de spécialités ou de domaines différents pour s’apporter mutuellement clients et contrats.

Dans la grande salle du Groupement interentreprises de la région de Mantes (Gir), ils sont plus d’une centaine de patrons, déjà membres pour 25 d’entre eux, curieux pour les autres. La présentation, à l’américaine, est bien rôdée. A partir d’un couple fictif, chacun se lève à son tour, raconte les services qu’il peut leur proposer, avant de trouver un moyen de rebondir en les envoyant vers un autre professionnel du réseau… et ainsi de suite pour tous les participants, script en main.

Au-delà de l’anecdote, chacun des chapitres constitue un réseau que les membres s’engagent à promouvoir, dans leurs vies professionnelles comme personnelles. Chacun cotise à hauteur d’un petit millier d’euros pas an, et oeuvre donc dans un domaine spécifique, pour éviter toute concurrence au sein du groupe. Les réunions ont d’abord pour but de les entraîner à développer ces compétences sociales. Les affaires apportées, elles, sont mesurées par des coupons de remerciement que s’échangent les membres.

« J’avais voulu créer ce groupe à Mantes une première fois, mais nous n’étions pas arrivés à décoller. Nous étions 9, il fallait être 25 pour un lancement officiel, se rappelle le président du BNI du Mantois et directeur de la société Ciage, Nordine Kecita. Le contexte n’était pas le même, la crise n’avait pas fait tous les dégâts des dernières années. Aujourd’hui, la seule façon de faire du business est de développer son réseau. »