La consultation commandée par la ville des Mureaux « a pour objet la réalisation d’une étude garantissant la cohérence urbaine, précisément en vue de définir l’aménagement du secteur du stade qui est destiné à recevoir à court terme un programme d’équipements. »

Celle-ci portera sur « une faisabilité pré-opérationnelle » permettant au maître d’ouvrage, la municipalité, “de dégager un schéma d’aménagement” prenant en compte « les conditions essentielles de faisabilité technique, économique et juridique. »

Concrètement le quartier du stade sera amené à être restructuré. Le complexe sportif Léo Lagrange sera au cœur de ce réaménagement. Un pôle éducatif sous le thème du sport y sera intégré et impliquera la création d’une nouvelle école.

Le cahier des clauses techniques et particulières (CCTP) précise qu’une étude de programmation architecturale est en cours afin « de réaliser 10 classes primaires, 10 classes maternelles, un restaurant, un espace d’hébergement entre 40 et 60 lits… en lien avec les activités sportives. »

Dans un premier temps, la ville souhaite organiser un concours pour désigner un maître d’œuvre chargé de la construction du groupe scolaire, du logement du gardien et du restaurant scolaire. Par la suite, deux concours permettront de sélectionner les opérateurs de la partie sportive.

À partir d’une réflexion engagée avec le conseil départemental, un nouveau centre de secours pourrait être construit également sur ce site. Selon la ville, l’intégration urbaine du pôle Léo Lagrange nécessitera des travaux afin « de qualifier spatialement les espaces publics qui souffrent aujourd’hui d’une grande vacuité ».

Ce qui est notamment le cas au niveau du carrefour rue Gabriel Vilain/rue Robert Cimetière. Pourtant avec huit courts de tennis, une piste d’athlétisme, quatre terrains de football, deux terrains de rugby, un skate-park et un boulodrome, le complexe sportif mériterait une meilleure exposition.

« C’est vrai qu’il n’est pas mis en valeur alors qu’il y a tout ce qu’il faut », précise Laure Outalbali, habitante de Vaux-sur-Seine. Venue accompagner son fils rugbyman au stade durant les vacances, elle souligne la qualité des infrastructures existantes : « Il vient jouer ici en hiver car à Triel (dont le club est maintenant uni avec celui des Mureaux, Ndlr) on n’a pas de terrain synthétique. À la rentrée, on viendra ici le mardi quand le terrain ne sera pas praticable à Triel. »

A cet effet, la mairie des Mureaux souhaite « rendre lisible l’entrée du (futur) parc en créant un parvis qui l’adresse correctement sur la ou les voies publiques », depuis la rue Jean Rommeis notamment.

Le complexe Léo Lagrange est aussi un site stratégique pour le développement de la ville. « Cette polarité va avoir un regain d’attractivité avec l’arrivée d’EOLE (2020-2025) », précise la ville. De plus, ce quartier regroupe la récente mosquée Essalam et le futur commissariat.

Il se trouve à proximité du centre commercial des Bougimonts, amené à être renforcé par le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). La municipalité demande aux différents candidats de l’étude une définition de trois scénarios d’aménagement contrastés « montrant précisément l’entrée du stade recomposée, les espaces de stationnements dédiés ou mutualisés », ainsi que les emprises réservées pour les deux équipements.