Le chant du coq peut générer quelque mécontentement… même à la campagne ! Un problème formulé par des « nouveaux ruraux », ceux qui s’installent à la campagne tout en travaillant en ville. Afin de prendre en considération les problèmes de chacun, le département lance, dès septembre, les assises de la ruralité.

Cette initiative est un temps d’écoute à destination de l’ensemble des Yvelinois, présent sur l’une des 160 communes de moins de 2000 habitants. « Tout au long de notre vie d’élu, on entend ces réclamations, a avoué Pierre Bédier (LR) président du conseil départemental. Maintenant, il s’agit de les rendre transparentes, de les enregistrer et de les mettre en perspectives».

« Les résultats électoraux sont toujours des indicateurs », affirme-t-il. Et la présence du front national lors du second tour des dernières élections en est un. « La démarche des assises est de laisser la parole à ce secteur urbain qui connaît un problème d’identité et qui ne sait pas trop où il en est », confirme Pierre Bédier.

Les assises de la ruralité se dérouleront en trois temps : une phase de concertation, l’analyse des données enfin, la mise en perspectives. Jusqu’en janvier, les élus partiront donc au contact de la population, une situation bienvenue compte-tenu de la période pré-électorale dans laquelle nous entrons.