Ils travaillent ensemble durant la semaine, et sont parfois amenés à se retrouver quatre jours de suite pour partager leur passion du volant. Sébastien Allot, Bruno Desbordes et Philippe Le Tulzo partagent la 208 qu’ils ont confectionnée pour les courses Peugeot sport, durant lesquelles ils représentent le site de Poissy. « C’est une association qui s’est mise en place cette année, nous avons rencontré le directeur du site de Poissy (Jean-Pierre Briançon, Ndlr) et nous avons fait un deal entre Peugeot sport (situé à Vélizy, Ndlr). L’usine nous donne les voitures nues et Vélizy le contenu. Nous montons tout nous-mêmes et nous sommes bénévoles », explique Philippe Hecquet, président de la team Poissy. Professionnellement, c’est au sein du service qualité de l’usine qu’il exerce en tant qu’animateur. Sébastien Allot, travaille lui aussi dans ce service, comme technicien.

Certains pilotes viennent se joindre à eux durant les épreuves qu’ils disputent. « Nous avons des pilotes qui paient pour faire les courses, précise Philippe Hecquet. Autrement on ne pourrait pas vivre.  » La team pisciacaise bénéficie aujourd’hui d’un partenariat avec un producteur-récoltant de Chablis, mais ce n’est pas suffisant : « Nous recherchons encore des sponsors. » D’autres pilotes sont quant à eux invités à conduire leur bolide sur les circuits. Ce fut le cas notamment de Cyril Despres (quintuple vainqueur du Rallye Dakar moto entre 2005 et 2013, Nldr), de Renaud Lavillenie (champion olympique et recordman du monde de saut à la perche, Ndlr) ou encore de journalistes et de bloggers spécialisés dans l’automobile. Si les pilotes de la team Poissy roulaient auparavant dans un autre club, c’est la première année qu’ils concourent pour les rencontres Peugeot sport avec leur propre véhicule. « On apporte des modifications techniques au fil du temps, en dehors de nos heures de travail », soutient le président et mécanicien du staff technique.

À la fin du mois, c’est sur le circuit Paul Ricard du Castellet (Var) qu’ils se rendront pour disputer leur prochaine course. Les trois ou quatre pilotes engagés se relaieront pendant près de 6 heures, pour ce qui sera leur sixième course de la saison. « C’est un peu difficile lorsqu’on a peu d’expérience. Mais pour notre première course, sur le circuit de Charade (Puy-de-Dôme), nous avons fait le record du tour, se satisfait Philippe Hecquet. C’est le travail et le savoir-faire du site de Poissy qu’on essaie de promouvoir. Sans le directeur du site, monsieur Briançon, nous n’aurions pas pu faire nos voitures. »