Les élections approchent à grand pas. Samedi, la presse était réunie à Mantes-la-Ville pour découvrir les visages des représentants d’EELV aux élections régionales des 6 et 13 décembre. Mounir Satouri, président des élus écologistes au Conseil régional et tête de liste derrière Emmanuelle Cosse, a présenté les différents candidats de la liste Changeons d’air en Ile-de-France. Aux côtés de Mounir Satouri, on a pu remarquer trois conseillers régionaux sortants en la personne de Nabila Kéramane, Jean Lafont et Ghislaine Senée, également maire d’Evecquemont. Ensemble, ils ont tiré un bilan positif de leur mandature passée et repartent avec l’idée de contrer la droite.

Ghislaine Senée a avoué que la droite locale était « très forte » et qu’elle ne laissait place à « aucun débat actuel ». Un sentiment partagé par Mounir Satouri : « Nous avons deux adversaires : la candidate des privilèges et celui de la division des populations et des peurs ». Une dernière référence évidente au Front national qui explique d’ailleurs le choix de présenter la liste EELV à Mantes-la-Ville, seule commune de la région à accueillir un maire de ce parti. Quant à la « candidate des privilèges », il a ajouté que « madame Pécresse a systématiquement voté contre le pass navigo unique. Aujourd’hui, on a l’impression que c’est elle qui a porté le projet ! »

Connue du paysage politique local, Marie Durand-Smet, élue au Chesnay, se place derrière le tête de liste. « J’ai toujours été sans étiquette mais défendante des causes environnementales » a-t-elle précisé. Représentante du monde de l’entreprise, elle a fondé son cabinet de conseil spécialisé dans le développement durable et est membre associé en charge de l’économie durable et circulaire à la Chambre de commerce et d’industrie (Cci). A ceux qui accuseraient les écologistes de seulement se préoccuper des questions environnementales, elle amène une légitimité sur le volet économique. « Aujourd’hui, ce volet devient très important au sein de la région », a-t-elle avoué.

Une campagne avant l’heure

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’Europe écologie-les verts, a soulevé la question de l’égalité des territoires lors de sa visite à la ressourcerie, mercredi, à Ecquevilly.
Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’Europe écologie-les verts, a soulevé la question de l’égalité des territoires lors de sa visite à la ressourcerie, mercredi, à Ecquevilly.

Mercredi dernier, Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’Europe écologie-les verts (EELV) est venue visiter les locaux et la ressourcerie de l’association La Gerbe, à Ecquevilly. A ses côtés, on pouvait apercevoir plusieurs candidats EELV aux élections régionales tels que Mounir Satouri, tête de liste dans le département des Yvelines.

Ensemble, ils ont ainsi insisté sur l’importance de porter des projets liés à l’économie solidaire et sociale. « L’économie solidaire est une façon de produire différemment, a précisé Emmanuelle Cosse. L’important n’est pas seulement de financer des startups mais aussi de soutenir des associations qui portent l’insertion et la formation ». Egalement, elle a soulevé le fait que les formations doivent nécessairement évoluer pour être davantage liées aux réalités actuelles. « Il faut soutenir et développer les métiers nouveaux, ceux liés aux problématiques environnementales », a-t-elle souligné.