Les impôts vont augmenter, mais la hausse pourrait ne pas concerner tous les Rosnéens. S’exprimant à la fin d’une réunion publique, le maire Michel Guillamaud (LR) a douché l’assistance. Avançant un important déficit, pour l’instant comblé par la vente du patrimoine communal, il a détaillé des scénarios afin de récolter les 500 000 € qui manqueraient chaque année.

D’emblée, il élimine la suppression d’une quinzaine de postes, jugée « peu vraisemblable ». Deux choix possibles concernent l’augmentation des taux d’imposition, indique Michel Guillamaud : « Faire des augmentations légères mais régulières, ou augmenter fortement le taux de la taxe d’habitation en 2016 ou 2017. »

Mais la majorité rosnéenne favorise la réévaluation des bases d’imposition, liées à la qualité et à la taille des logements, et sur lesquelles s’appliquent ensuite les taux. « Il y a des disparités, nous allons nous faire conseiller pour voir si une remise à plat permet de rééquilibrer le budget », espère l’édile.