La pièce écrite par Alain Knapp et mise en scène par Bernard Martin-Fagier raconte l’histoire de trois jeunes amis, Clara, Louis et Simon, que rien ne semble pouvoir séparer si ce n’est le triangle amoureux dans lequel ils évoluent. La seconde guerre mondiale éclate, l’un est mobilisé et revient sans un sou, l’autre réalise que ses origines prennent le pas sur sa nationalité : il est juif. Quant à la jeune fille, elle se marie avec le premier, rentre dans la résistance à son insu et lui devient collabo.

« Nous souhaitons restaurer la mémoire et à revaloriser l’Histoire », confie Bernard Martin-Fagier, à la tête de la compagnie née à Buchelay. La troupe s’est lancée sur la thématique de la résistance et a voulu par cette pièce pousser sa réflexion. Le metteur en scène évoque d’ailleurs la célèbre phrase de Lucie Aubrac, résistante française à l’occupation allemande et au régime de Vichy, « le verbe résister se conjugue toujours au présent ».

Face à ce texte, face à ses personnages parfois dérangeant à jouer, et à l’intensité des émotions que le jeu demande durant une heure cinquante, la troupe ne semble pas fatiguée. « Nous nous préparons physiquement : travail de respiration, maitrise de l’énergie du corps. Même si nous ne sommes pas sur scène, nous continuons d’être nos personnages et nous aidons à changer le décor. De cette façon, nous gardons le rythme », explique Sophie Lemesle, l’interprète de Clara.

L’intensité des émotions et le rythme permettent de renvoyer le spectateur à ses propres questions. « La pièce parle certes du passé mais finalement l’histoire se repète. Je joue le rôle d’un juif en 39 mais j’aurais aussi bien pu être un rom de 2016. Je m’inspire du présent pour jouer », confie Mathias Bauret, qui a le rôle de Simon.

Si le texte renvoie à la seconde guerre mondiale, il cherche aussi à réveiller les mentalités avec une certaine légèreté qui le rend accessible par le plus grand nombre. « Lors des premières répétitions, je mettais de la distance et je riais beaucoup. L’oeuvre écrit comme une comédie et cela met en exergue les situations tragiques », précise Pierre Gaspar, Louis dans la pièce.

Cette nouvelle pièce interprêtée par la troupe du théâtre des oiseaux invite à rire, à s’émouvoir et se rappeler l’histoire tout en tenant compte des événéments présents. Le plein tarif est à 17 euros 50. Les renseignements et les réservations se font au 01 34 77 88 88.