Depuis de nombreuses années, ces associations de la vallée de Seine, de Poissy au Mantois, militent en faveur d’une gestion en régie, donc totalement publique, de la distribution d’eau. Face à la constitution au 1er janvier dernier de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPSO), par fusion de six intercommunalités de la vallée de Seine, ils ont choisi eux aussi d’allier leurs forces.

« Nous sommes à nos corps défendants dans une nouvelle configuration administrative et politique, dans une institution qui aura au 1er janvier 2017 la compétence eau et assainissement », a ainsi expliqué Maurice Martin, président de l’AREP-Camy, association du Mantois, lors de son assemblée générale la semaine dernière. « Le regroupement est une bonne solution », abonde le président des Mur’eau, Daniel Vitter, venu pour l’occasion.

Alors, ils vont prochainement regrouper leurs membres, ainsi que ceux de l’association pisciacaise, pour tenter, encore et toujours, de convaincre les élus. Mais plusieurs contrats de longue durée ont été récemment renouvelés, tandis que GPSO est aujourd’hui « une addition de situations extrêmement complexes ». Leurs combat est manifestement loin d’être terminé.