Agés entre 18 ans et 20 ans, trois jeunes hommes ont été arrêtés à leurs domiciles du Val-d’Oise, mardi dernier. Les enquêteurs du commissariat de Conflans-Sainte-Honorine les soupçonnent d’avoir commis un car-jacking le 17 février, sur la commune de Poissy.

Il est 3 heures du matin lorsqu’un conducteur et son passager stoppent la Mercedes S400 à un feu rouge. Au même moment, un piéton traverse devant la berline tandis qu’un complice en profite pour surgir à la fenêtre du conducteur. Le menaçant avec une arme, il lui ordonne de sortir, accompagné de son passager. Rejoint par deux autres complices, la bande prend place dans la voiture pour filer en direction du Val-d’Oise.

Les enquêteurs se sont alors intéressés à une voiture retrouvée à proximité des lieux du car-jacking. Accidenté et abandonné, le véhicule les amène à son propriétaire qui s’avère être l’un des auteurs du vol de la Mercedes. Connu défavorablement des services de police, sa photo est présentée aux victimes qui le reconnaissent immédiatement.

La suite de l’enquête s’enchaîne de manière assez fluide. La présence du jeune homme à Poissy, la nuit du car-jacking, est confirmée par des indicateurs téléphoniques. Dans la foulée, les policiers identifient deux personnes pouvant être ses complices supposés. Ces derniers sont également reconnus par les victimes.

Si le quatrième complice n’est alors pas connu, les forces de l’ordre décident d’arrêter les trois hommes identifiés. Mardi dernier, ils sont allés les chercher à leur domicile dans l’objectif de les placer en garde à vue. Lors de la perquisition, les policiers mettront la main sur une arme.

Si les auditions permettent la mise au jour du quatrième homme, elles n’apportent pas de justifications réelles sur la nuit de l’agression. En effet, si certains auteurs présumés reconnaissent s’être trouvés dans la voiture, aucune motivation n’a permis d’expliquer ce car-jacking. De leurs côtés, les enquêteurs penchent pour l’hypothèse selon laquelle, les malfaiteurs auraient chercher une voiture de remplacement après avoir accidenté la leur.

Contacté par la police, le quatrième homme se présentera de lui-même au commissariat. L’ensemble de la bande a été déféré au palais de justice de Versailles, jeudi matin. Quant à la Mercedes S400, celle-ci a été localisée grâce à un traqueur intégré. Elle a été retrouvée sur un parking de Franconville, dans le Val-d’Oise, avec de fausses plaques d’immatriculation.

crédit photo:DGPN-SICOP